Taille du texte
AAA

Neutralisations et évitement

Les actions neutralisantes, ou les compulsions, se présentent sous différentes formes et intensités. Quelques-unes sont évidentes, d'autres le sont moins, et vous ne pourrez les reconnaître toutes encore. Elles peuvent être identifiées principalement à partir des circonstances qui les ont motivées.

Posez-vous les questions suivantes : qu'est-ce qui me pousse à faire cette action ? Est-ce une réponse à un certain signal que j'aurais vu en réalité ? Est-ce basé sur ce que j'imagine être arrivé ou sur ce que j'imagine qui pourrait arriver, même si mes sens n'ont rien vu ?
Les neutralisations sont provoquées par des doutes obsessionnels. Tous ces doutes sont basés sur des possibilités imaginées ; ils ne reposent jamais sur de l'information connue, réellement perçue ici et maintenant.

 

Exemple

Voir une porte ouverte et la refermer est une action normale. On a observé un problème pour ensuite y réagir en fonction de ce qui a été perçu.

Se rendre à l'auto en quittant la maison, chercher ses clés, se rappeler les avoir laissées sur la table de cuisine et retourner les chercher est aussi une séquence normale; ce retour en arrière n'est pas une compulsion puisque cette action a été déclenchée par un fait réel qui se produisait au même moment et qui était de ne pas avoir ses clés.

Par contre

Si après avoir quitté la maison, une pensée survient à votre esprit à l'effet que vous n'avez peut-être pas bien verrouillé votre porte et que si elle n'est pas bien verrouillée, vous vous ferez peut-être voler et qu'ensuite, vous serez blâmé, ceci est un doute obsessionnel.

En effet, vous continuerez de douter d’avoir bien verrouillé la porte, bien que vous n’ayez aucune information vous démontrant le contraire et aucune vraie raison de douter de l’action que vous venez de poser. En retournant sur vos pas pour vérifier la porte, vous agissez uniquement pour diminuer l'anxiété ou l'inconfort produit par votre pensée obsessionnelle : vous ne réagissez pas à un réel danger. Il est probable que même une fois la vérification accomplie, vous sentiez le besoin de vérifier à nouveau. 

Définition de la neutralisation

Pour illustrer la neutralisation nous vous avons donné l'exemple de la vérification de portes. Cependant, la compulsion/neutralisation peut prendre de multiples formes, dépendamment du type de pensées obsessionnelles. La compulsion/neutralisation peut inclure toute action physique ou mentale dont le but est de diminuer ou de prévenir l'anxiété et l'inconfort engendré par une pensée obsessionnelle.

Compulsions liées à la contamination

Des pensées comme être sale ou être contaminé peuvent conduire à des rituels de nettoyage tels que, se laver les mains, laver les objets ou les planchers, nettoyer ou toucher d'une façon particulière. De petits rituels de nettoyage peuvent s'effectuer en se frottant les doigts ensemble, en retenant sa respiration durant le nettoyage, en touchant les objets avec une partie de son corps, en cachant certains coins de la vue.

Compulsions liées à l'ordre

Elles impliquent : ranger, replacer, être préoccupé par la symétrie, être inconfortable si les draps ne sont pas pliés d'une façon précise ou si les bords ne sont pas bien alignés. À l'occasion, il peut y avoir des préoccupations pour des bords placés dans un certain sens ou pour des surfaces qui doivent être plates, pour la propreté ou pour une écriture spécifique, il peut aussi avoir des préoccupations de perfection dans la façon d'exécuter certaines tâches.

La neutralisation peut avoir pour but d’agir pour prévenir ou pour mettre fin à l'anxiété et l’inconfort provenant de pensées obsessionnelles. Vérifier, laver, ordonner ou accumuler en sont des exemples. La neutralisation peut également servir à prévenir le retour de l'anxiété. Porter des gants de caoutchouc pour toucher le courrier est une forme de neutralisation si cela sert à prévenir un contact qui pourrait amener de l'anxiété. Ces actions peuvent souvent être mineures ou imperceptibles - comme placer les meubles de façon à voir un élément plus clairement sans avoir à s'en approcher; placer les objets de façon à ce que vous n'ayez pas à les vérifier ou à les laver. La neutralisation peut aussi prendre une forme verbale, quand il y a répétition de phrases ou de mots pour se réconforter ou pour demander aux autres de nous réconforter.

Comment fonctionnent les neutralisations?

Lorsque vous effectuez une neutralisation, vous le faites parce que votre pensée obsessionnelle vous rend très anxieux au sujet des conséquences qui pourraient arriver si vous ne neutralisez pas. C'est votre pensée obsessionnelle qui vous fait effectuer la neutralisation et non pas certains indices provenant de la réalité. En effet, vous vérifiez ou ordonnez souvent en dépit de ce que vos sens ou les évidences vous disent.

Vous vous dites: « Je sais que la fenêtre est fermée, mais il y a peut-être une chance que je ne l'ai pas bien fermée, alors je vais vérifier ».

En vérifiant, vous cédez à votre doute et donnez à votre pensée obsessionnelle de la crédibilité et du pouvoir. Ceci empêche votre anxiété d'augmenter davantage, enfin, c'est ce que vous croyez ! En fait, cela neutralise l'anxiété, du moins temporairement.

Exercice

  • Notez exactement comment la neutralisation vous affecte.
  • Après votre rituel, vous sentez-vous réellement moins anxieux ?
  • Avez-vous obtenus de l'information supplémentaire ?
  • Êtes-vous plus confiant après avoir vérifié ou lavé les objets ?
  • La réponse est probablement non ou pas complètement.

Bien que la neutralisation semble diminuer l'anxiété, ce n'est pas toujours le cas. Souvent, lorsque la personne vérifie ou lave, elle devient plus anxieuse qu'elle ne l'était parce que cela augmente le doute. Après avoir vérifié une fois la personne pensera à d'autres possibilités qui nécessiteraient d'être vérifiées.

L'anxiété créée par l'idée obsessionnelle vous conduit artificiellement à un niveau plus élevé d'anxiété que votre niveau normal. En effectuant ce que l'obsession vous dicte, l'anxiété diminue pour une petite période de temps seulement pour ensuite augmenter et se maintenir artificiellement à un niveau supérieur. La neutralisation n'élimine jamais complètement l'anxiété. Habituellement, vous n'interrompez pas votre rituel de neutralisation parce que vous êtes complètement rassuré, mais plutôt pour d'autres raisons. Par exemple, parce que vous êtes fatigué, parce que vous manquez de temps ou parce que vous avez autres choses à faire.

Exercice: Inscrivez sur une feuille les raisons pour lesquelles vous interrompez habituellement vos rituels.

Comment la neutralisation maintient-elle l'anxiété?

Il semble que même si la neutralisation diminue l'anxiété tout en la maintenant, vous vous sentez mieux parce que vous avez « obéi » à votre idée obsessionnelle : vous croyez alors le danger écarté. Mais, comme il n'y avait aucun danger à prévenir, vous avez tout simplement renforcé le doute obsessionnel. Le doute émanant du TOC n'accomplit jamais rien d'utile. Nous le répétons, la neutralisation ne fait que maintenir le niveau d'anxiété au-dessus de la normale et renforce votre doute obsessionnel !

Mais ce qui est pire, c'est que la neutralisation a souvent pour effet de produire la conséquence qui vous a rendu craintif.

Par exemple

  • Si quelqu'un vérifie la poignée de porte, plusieurs fois par jour, pour voir si elle fonctionne correctement, cela risque de l'endommager à un point tel qu'elle ne fonctionnera plus;
  • Une personne qui se lave les mains 50 fois par jour, pour être sûre qu'elles sont propres, risque d'éliminer la couche protectrice de la peau et s'expose alors à l'infection;
  • Une personne exécutant un rituel superstitieux pour prévenir un malheur risque d'ignorer les vraies raisons qui font que ce malheur pourrait se produire.

En général, lorsque vous accomplissez la neutralisation, vous empêchez le processus normal des choses de se produire et en agissant ainsi, vous contribuez à changer ce processus et à devoir en subir les conséquences.

Qu'est-ce que la neutralisation mentale?

Les neutralisations mentales font partie d'une catégorie spéciale et sont liées à la façon de réagir aux pensées répétitives et dérangeantes dont les implications et les conséquences n'ont pas d'effets immédiats sur l'environnement.

Des pensées comme «Dieu est mort» ou «ma femme va mourir un jour» ne conduisent évidemment pas à des actions neutralisantes, mais leurs significations sont quand même très dérangeantes et elles entraînent des stratégies mentales qui ont pour but d'agir sur de telles pensées et d'en réduire leurs impacts.

Les neutralisations mentales ont le même effet que les neutralisations observables, c'est-à-dire qu'elles servent à diminuer l'anxiété et l'inconfort temporairement, mais elles ne génèrent aucune autre sensation utile, récompense ou information et elles sont entièrement contrôlées par les idées obsessionnelles à propos du danger émis par les pensées intrusives.

Les stratégies mentales de neutralisation peuvent être:

  • essayer d'inhiber la pensée;
  • modifier la pensée;
  • remplacer la pensée par d'autres mots ou images;
  • modifier l'ordre de certains mots;
  • compter dans sa tête;
  • se distraire;
  • essayer de penser à rien;
  • se raconter une histoire;
  • se donner des ordres ou directives pour s'adapter à la pensée;
  • effectuer des rituels magiques pour chasser les pensées;
  • effectuer des rituels mentaux.

Les stratégies mentales de neutralisation peuvent être exécutées même après que des rituels observables aient été effectués. Des rituels mentaux et des rituels observables peuvent également s'effectuer en même temps et en réponse à une même obsession.

Par exemple

  • Après avoir résisté manifestement à vérifier une porte vous reproduisiez néanmoins la fermeture de cette porte dans votre tête ou bien, vous vous répétez une phrase rassurante.
  • De plus, les neutralisations mentales dont vous n'avez pas conscience peuvent entrer en jeu pour saboter votre compromis avec les neutralisations manifestes. Vous pouvez par exemple vous dire : cette exposition ne compte pas parce que c'est mon thérapeute qui m'a demandé de la faire.
  • Vous pouvez également exécuter un rituel mental pour diminuer l'anxiété pendant l'exposition comme vous distraire ou répéter une phrase rassurante.

Qu'est-ce que l'évitement?

Les obsessions peuvent aussi mener à l'évitement. Lors de l'évitement, vous ne faites qu'éviter une situation ou un objet qui est propice à inciter une pensée obsessionnelle, génératrice d'anxiété. Plutôt que d'agir directement sur l'environnement, vous évitez l'action neutralisante, soit en évitant la situation, soit en évitant une action qui vous conduirait à l'obsession.

Des exemples d'évitement

Déléguer à quelqu'un d'autre, prendre des décisions pour exclure une action de votre routine, exécuter une action en partie seulement, ne pas utiliser un appareil d'une certaine manière, sont toutes des réactions d'évitement. L'évitement peut aussi être subtil comme changer de route pour se rendre au travail, utiliser certains appareils à des moments ou endroits précis, compléter
une tâche en partie seulement ou effectuer des détours lors de l'exécution d'une tâche.

L'évitement mental

Cela consiste à éviter de penser à certaines choses. Ceci diffère des neutralisations mentales qui, elles, consistent en une modification ou une inhibition des pensées. Demander à quelqu'un de faire une activité à votre place signifie que vous évitez complètement l'anxiété. Ne pas conduire, ne pas cuisiner, ne pas parler de certains sujets précisément parce que vous avez peur de la pensée et du doute obsessionnel sont toutes des stratégies d'évitement.

Le but de l'évitement est de prévenir soit en partie ou complètement l'anxiété qui surgit. Évidemment, l'évitement peut devenir une act ivité routinière à un point tel que vous ne vous apercevez plus que vous fuyez des gens ou des situations. C'est pourquoi, il est important de vous questionner à savoir lesquelles de vos habitudes ont été choisies pour éviter de négocier avec l'anxiété.

 

L'accomodation

Ceci apparaît lorsque vous ou votre famille changez vos habitudes quotidiennes ou réorganisez la vie familiale de façon à vous accommoder au TOC. Ceci est plus envahissant que l’évitement et peut, par exemple, se manifester par : déménager dans une autre maison; ne pas acheter certains types de mobil ier o déléguer certaines tâches à quelqu’un d’autre.

Souvent, l’accommodation peut inclure de changer ses habitudes sociales pour s’adapter au TOC tels que prendre la décision de ne pas inviter certaines personnes à la maison ou ne pas faire certaines sorties.

 

Comment le TOC est-il ressenti?

Parce que le doute relié au TOC est basé sur des possibilités et non sur des réalités, les possibilités peuvent parfois engendrer une suite de possibilités à n’en plus finir. Au fur et à mesure que vous réfléchissez, vous augmentez votre niveau d’ inconfort causé par les pensées obsessionnelles.

Plusieurs personnes reconnaissent le TOC précisément à cause de cette sensation d’ inconfort qui monte en flèche et elles peuvent la distinguer parce que cela ne se compare à aucune autre sensation désagréable. Ce niveau d’inconfort semble inclure un sentiment d’impuissance, de culpabilité, de même qu’une sensation de céder à un événement catastrophique.

Certaines personnes nomment cette sensation « la boule » ou « le nœud ». Reconnaissez-vous cette sensation ? Lui avez-vous assigné un nom spécial?

 

Les stratégies de coping ou d'adaptation

Il y a des stratégies que vous avez vous-même développées afin de résoudre directement l’anxiété causée par le TOC ou le stress associé. Ces stratégies de coping ou d’adaptat ion peuvent inclure des distractions, des exercices de relaxat ion, des act ivités sportives, se tenir occuper, parler à des amis, etc.

Ces stratégies ne sont pas l’évitement du problème, ni une façon de céder à l’idée
obsessionnel le et à la neutralisation. Ce sont des méthodes indépendantes que vous avez adoptées pour faire face au TOC.

Plusieurs personnes vont croire que leurs réactions aux obsessions sont des stratégies de coping alors qu'elles sont des comportements d'évitement ou de neutralisat ions. Ces comportements sont ceux qui vous empêchent d'être confronté à l’idée obsessionnelle d’un danger.

En thérapie, vous utiliserez des stratégies qui ressemblent à ces stratégies de coping, mais elles vous seront apprises dans le but de vous aider à vous habituer à votre anxiété plutôt que de la suivre, de l’encourager ou d’éviter l’idée obsessionnelle.

C'est en faisant face à votre obsession que vous réaliserez que votre anxiété est
sans fondement.

 

Conclusion

Nous vous avons maintenant énuméré les principales façons d’identifier la neutralisation à travers ses composantes comportementales, intellectuelles et émotionnelles. Voici les indices qui vous permettront de distinguer la neutralisation des autres activités :

  • La neutralisation est une action mentale ou observable déclenchée par un doute
    de nature obsessionnel, non pas par une preuve réelle, dont le but est de diminuer l’anxiété entraînée par l ’idée obsessionnelle.
  • La neutralisation peut vous rassurer temporairement, mais elle n’ajoute aucune information ou sensation positive.
  • La neutral isation renforce votre sent iment de doute, votre manque de confiance et elle maintient votre niveau d’anxiété.
  • La neutralisation est toujours précédée et accompagnée d’une sensation particulière, identifiée comme étant agressante, suscitant de la tension, de l’inconfort ou de l’anxiété.