Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Fantasmes sexuels : êtes-vous normal?

31 octobre 2014

Une étude de l’Université du Québec à Trois-Rivières et à l’Institut Philippe-Pinel de Montréal s'intéresse à la définition des paraphilies.

Bien que plusieurs théories de la déviance sexuelle intègrent la notion de fantasmes atypiques (paraphilies), la littérature scientifique ne décrit pas ce que représente concrètement ce type de fantasme. En Amérique du Nord, la 5e édition du manuel statistique et diagnostique des troubles mentaux (DSM-5) réfère à des fantasmes « anormaux », alors que l’Organisation mondiale de la santé parle de fantasmes « inhabituels » pour définir les paraphilies. Mais qu’est-ce qu’un fantasme sexuel anormal? Le prestigieux Journal of Sexual Medicine publie aujourd'hui les résultats d'une étude sur la nature des fantasmes sexuels de la population générale réalisée à l’Université du Québec à Trois-Rivières et à l’Institut Philippe-Pinel de Montréal, affilié à l'Université de Montréal et associé au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal.

« Cliniquement, on sait bien ce qu’est un fantasme sexuel pathologique : il implique des partenaires non consentants, il induit une souffrance ou encore il est absolument nécessaire pour obtenir satisfaction. Mais à part cela, qu'est-ce qu'un fantasme anormal ou atypique au juste? Pour le savoir, nous avons demandé à des gens de la population générale, aussi simple que ça! », affirme Christian Joyal, auteur principal de l'étude et professeur titulaire au Département de psychologie de l’Université du Québec à Trois-Rivières. « Notre principal objectif était de spécifier la norme en matière de fantasmes sexuels, étape essentielle aux définitions de pathologie », rapporte monsieur Joyal. « Et comme on le soupçonnait, il y a beaucoup plus de fantasmes communs que de fantasmes atypiques. On retrouve donc une bonne part de jugement de valeurs dans le DSM-5. »

La majorité des études sur les fantasmes ayant été réalisées auprès d’étudiants universitaires, cette recherche nécessitait donc de trouver un échantillon d'adultes qui accepteraient de décrire leurs fantasmes. Ainsi, 1517 adultes (718 hommes et 799 femmes; âge moyen de 30 ans) québécois ont répondu à un questionnaire décrivant leurs propres fantasmes sexuels, en plus de décrire en détail leur fantasme favori (devis de recherche hybride quantitatif et qualitatif). Les résultats sont plus qu'intéressants.

Résultats

  • La nature des fantasmes sexuels est variée parmi la population générale. Très peu de fantasmes peuvent être considérés comme statistiquement rares, inhabituels ou typiques (voir lexique).
  • Néanmoins, sans surprise, cette étude confirme que les hommes ont plus de fantasmes et les rapportent avec une plus grande intensité que les femmes. Cette recherche nous apprend également qu'une proportion importante de femmes (30% à 60%) évoque des thèmes associés à la soumission (ex. être attachée, être tapée sur les fesses, être forcée à avoir une relation sexuelle, etc.).
  • Fait important, contrairement aux hommes,  les  femmes, en général, distinguent bien les fantasmes des souhaits. Ainsi, plusieurs d'entre elles qui expriment des fantasmes de soumission plus extrêmes (ex. : se faire prendre par un inconnu dominant) spécifient ne jamais vouloir qu’ils se réalisent. Tandis que les hommes, en majorité, voudraient bien réaliser leur fantasme (ex. : triolisme).
  • Tel qu’attendu, la présence du partenaire amoureux est significativement plus grande au sein des fantasmes féminins que masculins. De façon générale, les hommes en couple fantasment beaucoup plus à propos de relations extraconjugales que les femmes en couple.

« Un des résultats les plus intrigants concerne le nombre non négligeable de fantasmes masculins particuliers, concernant par exemple les shemales, le sexe anal chez les hétérosexuels et l’idée de regarder sa partenaire avoir une relation sexuelle avec un autre homme. Les théories biologiques évolutionnistes expliquent mal ces fantasmes qui, chez l’homme, sont habituellement des souhaits » explique Christian Joyal.

« Globalement, ces résultats nous permettent d’élucider quelques phénomènes sociaux, tels que la popularité sans précédent du livre 50 Shades of Grey auprès des femmes affirme monsieur Joyal. «Le sujet est passionnant! Nous sommes en train de mener des analyses statistiques avec les mêmes données afin de démontrer l’existence de sous-groupes homogènes de personnes en fonction de combinaisons de fantasmes. Par exemple les gens qui ont des fantasmes de soumission rapportent souvent aussi des fantasmes de domination. Ces deux thèmes ne sont donc pas exclusifs, bien au contraire. Ils semblent aussi associés à un niveau plus élevé de satisfaction générale. » De nouveaux résultats qui risquent d'être très prometteurs.

Lexique

Fantasmes rares
Par exemple : avoir une relation sexuelle avec un jeune enfant ou avec un animal

Fantasmes inhabituels
Par exemple : uriner sur son partenaire sexuel; porter des vêtements du sexe opposé; avoir une relation avec un prostitué; abuser d’une personne en état d'ébriété

Fantasmes typiques
Par exemple : avoir des relations sexuelles dans un endroit romantique (féminin); recevoir du sexe oral ou avoir une relation avec deux femmes (masculin).

Source : Joyal, Christian. Cossette, Amélie et Vanessa Lapierre. What exactly is an unusual sexual fantasy, Journal of Sexual Medicine, 2014.

Christian Joyal est professeur titulaire au Département de psychologie de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Il est chercheur à l’Institut Philippe-Pinel et au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, affiliés à l'Université de Montréal. Une partie de cette étude constitue la thèse d’honneur en psychologie d’Amélie Cossette (UQTR), qui lui a valu le prix annuel de Best Study Award au congrès international de l’Association for the Treatment of Sexual Abusers (ATSA, Chicago, 2013).

 

Lire le communiqué (PDF)

Renseignements

Catherine Dion
Service des communications – Institut universitaire en santé mentale de Montréal
Tél. : 514 251-4000, poste 2986 - Cel. : 514 235-4036
catherine.dion.iusmm@ssss.gouv.qc.ca

Les médias en parlent...

International

Spektrum (Allemagne)
CTV
Métro - Londres
Métro - Londres
DailyMail
Medical News Today
Business Insider
Science news line
Yahoo news - Singapour
Science 2.0
Medical Xpress
Medical Daily
The Guardian
Medscape
The Independent
Washington Post
Telegraph
NOW Magazine

Québec / Canada

Dutrizac l'après-midi | 98,5 FM - Les femmes font des rêves érotiques, une étude loufoque?
Médium large | Radio-Canada - « Fantasmes sexuels : êtes-vous normal? »

La Presse + et la presse.ca- « Les Québécois fantasment sur le sado-maso »
Montreal Gazette.com
Université de Montréal
TVA Nouvelles
Canoe.ca
Coup de pouce.com
Toronto Star