Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Mesdames, lire le journal le matin pourrait gâcher votre journée!

10 octobre 2012

Une nouvelle étude démontre l'impact des nouvelles négatives sur la réactivité au stress et la mémoire des femmes.

Amélie est informée, ça oui… elle lit tous les matins les quotidiens de Montréal, aucune nouvelle ne lui échappe. Dès le lever du jour, elle consulte ces journaux pour se tenir informée de tout ce qui se passe. Ce matin-là, la crise économique, un accident et enfin un drame familial, relaté avec détails, qui la bouleverse. Cette histoire restera imprimée dans sa mémoire et la poursuivra toute la journée, la rendant plus  irritable avec ses clients et plus émotive quand elle apprendra le départ d'une collègue.

Avec la multitude de sources d'informations, il est difficile de ne pas être confronté à l’actualité. Et si ce contact avec les nouvelles écrites pouvait entraîner des conséquences néfastes chez l'humain? Il semble que ce soit le cas, selon une nouvelle étude réalisée par une équipe de chercheurs de l’Université de Montréal œuvrant au Centre d'études sur le stress humain (CESH) de l'Hôpital Louis-H. Lafontaine, dont les résultats sont publiés aujourd'hui dans la revue Plos One. Concrètement, cette étude démontre que l’exposition à de mauvaises nouvelles dans les journaux augmente la réactivité au stress chez les femmes, et que ces dernières ont une capacité accrue à se souvenir de ces nouvelles négatives.

Nous sommes partis de la prémisse que lorsque notre cerveau perçoit une situation à caractère menaçante, notre corps se met à produire des hormones de stress. Ces hormones de stress accèdent au cerveau et peuvent moduler la mémoire d'événements stressants ou négatifs.  Ainsi, nous sommes portés à croire que la lecture d'une actualité négative devrait provoquer une réaction de stress chez le lecteur.

Sonia Lupien, directrice du CESH

Ainsi, l'équipe du CESH a invité soixante participants (30 femmes et 30 hommes) répartis en deux groupes mixtes qui ont été appelés à lire de vraies nouvelles dans des journaux montréalais. La moitié de ces nouvelles étaient de nature négative (meurtre, accident, etc.) et l'autre moitié de nature neutre (ouverture d'un nouveau parc ou sortie prochaine d'un film).  Après avoir lu ces nouvelles, les participants étaient exposés à un stress. Le lendemain, chaque participant de chacun des groupes devait relater de mémoire le contenu de l’information lue la veille.

Les résultats sont plus que fascinants. Concrètement, bien que le fait de lire une nouvelle négative dans un journal ne stimule pas nos hormones de stress, il rend les femmes plus réactives et affecte leurs capacités physiologiques à répondre à une situation stressante plus tard dans la journée. De plus, ces femmes ont tendance à mieux se souvenir du contenu des nouvelles négatives qu’elles ont consultées  la veille. Il est intéressant de noter que ce phénomène ne s’observe pas chez les hommes.

Marie-France Marin, auteure principale de l'étude et doctorante au CESH

La recherche a été publiée dans Plos One sous le titre There is no news like bad news: Women are more remembering and stress reactive after reading real negative news than men.

Laurence Robichaud
Service des communications - Hôpital Louis-H. Lafontaine
Téléphone : 514 251-4000, poste 2986 - Cellulaire : 514 235-4036
lrobichaud.hlhl@ssss.gouv.qc.ca