Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Stress : influence du sexe et du genre

18 août 2014

Longtemps, les études en santé mentale ont été réalisées sur des sujets masculins. Considérant les différences biologiques et psychologiques entre les hommes et les femmes, pouvons-nous prétendre que les approches, les traitements et la compréhension de la maladie mentale sont aussi efficaces pour les deux sexes ? 

Du 19 au 22 août, 300 chercheurs de renommée internationale seront réunis à l’occasion du 44e congrès de l'International Society of Psychoneuroendocrinology (ISPNE) à l’hôtel Reine Élisabeth de Montréal pour discuter des différences de sexes et de genres dans les interactions du cerveau et des hormones et ainsi mieux comprendre le stress et ses effets sur la santé mentale. Ce congrès est organisé par Sonia Lupien, directrice du Centre d'étude sur le stress humain de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal et par Jens Pruessner, chercheur, à l'Institut universitaire en santé mentale Douglas.

Sexe et genre : quelle différences ?
« Au fil du temps, les chercheurs ont introduit les notions de sexe et de genre dans leurs travaux afin de mieux comprendre les interactions entre le cerveau et les hormones pouvant mener au développement des maladies mentales.« Il apparaît donc indispensable d’adapter les traitements pharmacologiques et psychosociaux en fonction de ces caractéristiques » déclare Sonia Lupien, professeure à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. « Par exemple, au Centre d’études sur le stress humain, nous avons constaté que les gays, lesbiennes et bisexuels (GLB) qui affichent ouvertement leur orientation sexuelle démontrent un niveau d’hormones de stress moins élevé, ainsi que moins de symptômes d’anxiété, de dépression et d’épuisement professionnel ».

L’influence du sexe et du genre sur le cerveau et les hormones 
L’International Society of Psychoneuroendocrinology (ISPNE) a pour mission de promouvoir et de diffuser les connaissances, au sujet des interactions entre les hormones et le cerveau ainsi que leurs liens avec les comportements et le fonctionnement du corps, et ce dans une perspective d’applications cliniques. Les chercheurs s’intéressent de plus en plus aux différences de sexes et de genres dans les interactions du cerveau et des hormones afin de mieux comprendre la maladie mentale. Le congrès mettra donc l’accent sur les perspectives cliniques et fondamentales des questions reliées au sexe et au genre tout au long de la vie. Plus particulièrement, les symposiums aborderont les notions de la différence sexuelle lors de la mesure du taux d’hormones à travers les tranches d’âges ainsi que les questions de genres dans les maladies mentales associées au stress. 

Programme du congrès
Communiqué de presse


 
Apparitions médias
Ici Radio-Canada - 95,1 FM - 21 août
Pas de midi sans infos - Billet science de Yanick Villedieu
Dutrizac, l'après-midi - 20 août
Entrevue avec Sonia Lupien, directrice du Centre d’études sur le stress humain

Renseignements

Catherine Dion
Service des communications – Institut universitaire en santé mentale de Montréal
Tél. : 514 251-4000, poste 2986
Cel. : 514 235-4036
catherine.dion.iusmm@ssss.gouv.qc.ca