Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec

Suggestion de lecture

Trouble d’anxiété généralisée

Ladouceur, R., Bélanger, L. et Léger, E. (2003). Arrêter de vous faire du souci pour tout et pour rien. Montréal: Odile Jacob, 150p.

Ne pas s'inquiéter pour tout et pour rien... Rester calme... Arrêter d'imaginer le pire... Simplifier les problèmes... Tout le monde en rêve. Et si c'était possible ? Voici, en moins de deux cents pages, un programme complet spécialement conçu pour tous ceux qui, comme vous, se font sans arrêt du souci.

Taille du texte
AAA

Trouble d'anxiété généralisée

La caractéristique essentielle du Trouble d’Anxiété Généralisée (TAG) est la présence d’une anxiété et d’inquiétudes excessives (attentes avec appréhensions) survenant plus d’une journée sur deux durant une période d’au moins six mois. Ces inquiétudes concernent généralement plusieurs événements ou activités de la vie quotidienne. De plus, il est possible de constater chez une personne aux prises avec un TAG la présence d’une difficulté à contrôler ces inquiétudes.


À quel moment ce trouble apparaît-il généralement?

Existe-t-il certaines caractéristiques particulières au TAG liées à la culture?

Est-ce qu’un TAG peut être observé chez les enfants et/ou chez les adolescent(e)s?

Quels pensées, comportements et/ou émotions peuvent être associés et/ou observés chez une personne aux prises avec un TAG?

De quoi s’inquiètent généralement les personnes aux prises d'un TAG?

Est-ce qu’une personne présentant certains symptômes précédemment indiqués souffre nécessairement de TAG?

Est-ce que les symptômes du TAG ont la même durée et/ou la même intensité chez tous les individus?

De quelle façon les professionnels de la santé mentale diagnostiquent-ils le TAG chez un individu?

 

Combien d’individus présentent un TAG dans la population?

Existe-t-il certaines différences entre les hommes et les femmes en ce qui a trait au TAG?

Que faire dans le cas où une personne semble être ou est aux prises avec un TAG?

En quoi consiste la thérapie cognitivo-comportementale pour le TAG et est-elle efficace?

Quelles sont les techniques utilisées dans la thérapie cognitivo-comportementale pour le TAG?


 

À quel moment ce trouble apparaît-il généralement?

Il semble quelque peu difficile de constater à quel moment et de quelle façon précisément ce trouble apparaît compte tenu du fait que les personnes aux prises avec celui-ci rapportent généralement s’être senties nerveuses et/ou anxieuses au cours de l’ensemble leur vie. Par ailleurs, bien que plus de la moitié des personnes se présentant pour un traitement indiquent le début des symptômes durant l’enfance ou l’adolescence, un début du trouble après l’âge de 20 ans n’est pas inhabituel.

Retourner aux questions

Existe-t-il certaines caractéristiques particulières au TAG liées à la culture?

Il existe certaines variations culturelles en ce qui a trait à l’expression de l’anxiété. Ainsi, il est important de considérer le contexte culturel avant de conclure que certains soucis sont excessifs et par le fait même, reliés à un TAG.

Retourner aux questions 

Est-ce qu’un TAG peut être observé chez les enfants et/ou chez les adolescent(e)s?

Oui. Il est possible de constater chez certains enfants et adolescents des symptômes reliés à un TAG. Par ailleurs, la nature des soucis et/ou inquiétudes diffèrent généralement de ceux observés chez l’adulte. En effet, les soucis reliés à la performance ou la compétence à l’école, la ponctualité et l’idée de l’arrivée de certains événements catastrophiques ont été fréquemment constatés. De plus, il fut observé chez les enfants présentant ce trouble, que ceux-ci sont généralement conformistes, perfectionnistes et peu sûrs d’eux-mêmes.

Retourner aux questions 


Quels pensées, comportements et/ou émotions peuvent être associés et/ou observés chez une personne aux prises avec un TAG?

Lorsqu’un individu est aux prises avec un TAG, celui-ci présente des inquiétudes excessives et difficiles à contrôler. En effet, des difficultés importantes sont constatées lorsque cette personne tente d’empêcher les pensées inquiétantes d’interférer avec l’attention portée aux tâches en cours. Par ailleurs, bien que les individus ayant un TAG ne puissent pas toujours identifier leurs soucis comme étant « excessifs », ceux-ci font généralement état de la présence d’une certaine souffrance due à une préoccupation constante, à la difficulté de contrôler celle-ci ainsi qu’à l’altération de leur fonctionnement social, professionnel ou autres domaines importants de leur vie. Certains symptômes spécifiques peuvent être présents tels que :

  • Agitation ou sensation d’être survolté (d’être à bout);
  • Fatigabilité;
  • Difficulté de concentration ou trous de mémoire;
  • Irritabilité;
  • Tension musculaire;
  • Perturbation du sommeil;

D’autres symptômes somatiques sont également observés chez de nombreux individus présentant un TAG tels que : mains froides, bouche sèche, transpiration, nausée ou diarrhée, besoin fréquent d'uriner, tremblements, endolorissements musculaires, difficultés à avaler, sursaut exagéré, etc.). Enfin, ces personnes vivent également une intolérance à l’incertitude, croient nécessaire de s’inquiéter et éprouvent généralement des difficultés considérables à résoudre divers problèmes de la vie quotidienne.

Retourner aux questions

De quoi s’inquiètent généralement les personnes aux prises d'un TAG?

Les adultes présentant un TAG s’inquiètent fréquemment au sujet des circonstances quotidiennes de la vie comme les responsabilités professionnelles, les problèmes financiers, la santé des membres de la famille ou d’autres situations (tels les travaux domestiques, les réparations de voiture ou le fait d’être en retard à des rendez-vous). Par ailleurs, les inquiétudes se distinguent en deux catégories : les inquiétudes centrées sur des problèmes réels et actuels pour lesquelles il est possible d’utiliser une technique de résolution de problème et les inquiétudes de type éventuel où, par définition, il n’y a pas encore de problème (ils sont anticipés, imaginés) et donc, pour lesquelles la résolution de problèmes est non applicable.

Retourner aux questions

Est-ce qu’une personne présentant certains symptômes précédemment indiqués souffre nécessairement de TAG?

Non. Il est à noter qu’afin d’établir un diagnostic de TAG proprement dit, l’anxiété et les soucis excessifs doivent survenir la plupart du temps durant au moins une période de 6 mois et ce, en lien avec un certain nombre d’événements ou activités (travail, performance scolaire, etc.). De plus, la personne doit éprouver une certaine difficulté à contrôler les préoccupations et doit présenter au moins trois des symptômes indiqués précédemment (agitation, irritabilité, etc.). Enfin, une souffrance cliniquement significative doit être présente et l’explication des symptômes ne doit pas être associée à un autre trouble afin que les professionnels de la santé diagnostiquent un TAG.

Retourner aux questions

 

Est-ce que les symptômes du TAG ont la même durée et/ou la même intensité chez tous les individus?

Non. Les symptômes associés au TAG peuvent différer d’un individu à l’autre en terme de durée et d’intensité. Par ailleurs, en ce qui a trait à l’évolution de ce trouble, celle-ci est généralement chronique mais fluctuante et s’aggrave fréquemment durant les périodes de stress.

Retourner aux questions

 

De quelle façon les professionnels de la santé mentale diagnostiquent-ils le TAG chez un individu?

À partir d’entrevues cliniques et à l’aide de différents outils d’évaluation (questionnaires, grilles, etc), les professionnels de la santé peuvent diagnostiquer un individu aux prises avec un TAG. Toutefois, il est à noter que dans un contexte d’examen médical de routine, un TAG peut passer facilement inaperçu. À cet effet, les médecins, les psychiatres et les psychologues sont les uniques professionnels pouvant émettre un diagnostic.

Retourner aux questions

Combien d’individus présentent un TAG dans la population?

Lorsque l’on observe les diverses recherches ayant étudié le TAG, celles-ci concluent que le TAG compte parmi les troubles anxieux les plus répandus. En effet, des études épidémiologiques montrent que sa prévalence est de l’ordre de 4% à 5,1% de la population générale1. Par ailleurs, dans les cliniques spécialisées dans les troubles anxieux, plus de 25% des individus se présentent un diagnostic de TAG.

Retourner aux questions

Existe-t-il certaines différences entre les hommes et les femmes en ce qui a trait au TAG?

Oui. En ce qui a trait à la prévalence de ce trouble, il semble selon diverses études épidémiologiques, que la répartition selon le sexe est d’environ deux tiers de femmes pour un tiers d’hommes.

Retourner aux questions


Que faire dans le cas où une personne semble être ou est aux prises avec un TAG?

Dans le cas où une personne semble être ou est aux prises avec un TAG, il importe de lui suggérer de consulter. Il est également important de s’informer sur cette problématique et de ne pas hésitez à demander de l’aide au besoin.

Retourner aux questions


En quoi consiste la thérapie cognitivo-comportementale pour le TAG et est-elle efficace?

La thérapie cognitivo-comportementale du TAG consiste principalement à informer la personne sur les types d’inquiétudes et les facteurs explicatifs de son TAG, à développer la tolérance à l’incertitude de la personne, à l’aider à s’orienter vers ses problèmes et résoudre ceux-ci plus efficacement, à développer ses habiletés de gestion de ses réactions anxieuses excessives (par ex., relaxation), à corriger les croyances irréalistes par rapport aux inquiétudes et à diminuer l’anxiété (et donc l’évitement cognitif) face à ses inquiétudes. Enfin, à l’heure actuelle, il semble que la TCC soit efficace pour traiter le TAG tel que démontré par certaines études scientifiques.

Retourner aux questions

Quelles sont les techniques utilisées dans la thérapie cognitivo-comportementale pour le TAG?

  • La psychoéducation
    La psychoéducation consiste à fournir de l’information à la personne aux prises avec un TAG notamment sur ses réactions anxieuses, l’origine de ses symptômes, les facteurs explicatifs de son TAG ainsi que les divers types d’inquiétudes.

  • La résolution de problèmes
    Une des techniques fréquemment enseignée aux individus présentant un TAG est la résolution de problèmes. Cette technique vise à aider ceux-ci à se centrer sur leurs problèmes et à les résoudre de façon plus efficace. La résolution de problèmes comprend 7 étapes principales dont : définir le problème, générer des solutions, évaluer les avantages/désavantages de chacune des solutions, choisir la solution (ou la combinaison de solutions) qui sera appliquée, essayer la(les) solution(s), évaluer les résultats et modifier la solution ou en appliquer une autre au besoin.

  • L’exposition en imagination
    L’exposition en imagination est une des interventions principalement appliquée dans le traitement du TAG. Celle-ci a pour but de diminuer l’évitement et la peur de la personne face à ses inquiétudes afin de diminuer la fréquence de celles-ci. En somme, cette technique consiste à lire ou écouter à un scénario (écrit et ensuite enregistré sur cassette audio) contenant une inquiétude jusqu’à ce que celle-ci ne crée plus d’anxiété.

  • La correction cognitive
    Divers exercices peuvent être également entrepris afin de modifier des croyances erronées reliées à des inquiétudes contribuant généralement à maintenir le TAG. À cet effet, il est possible de remettre en question certaines croyances irréalistes de par l’ajout d’information et le questionnement de cette croyance.

  • La relaxation musculaire progressive
    La relaxation musculaire progressive est parfois utilisée afin d’aider une personne aux prises avec un TAG à se détendre, à diminuer leurs tensions musculaires et ainsi améliorer leur sentiment de contrôle sur leurs inquiétudes. Ce type de relaxation consiste principalement à apprendre à détendre les muscles en contractant chacun de ceux considérés comme étant principaux pendant 10 secondes et ensuite, en les relâchant pour une même période de temps.

Retourner aux questions