Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Un voyage schizophrénique à New York

Retour à l'accueil de Humeurs culturelles


Dans un peu plus d'une heure c'est mon départ pour New York, aujourd'hui c'est mon anniversaire, cinquante-neuf ans... En attendant, je regarde les actualités du Saguenay à la télé... Ça y est!

Je suis assis dans le bus en direction de la frontière, on y parle différentes langues, du slave entre autres... L'hôtel c'est le Hilton, l'autobus sous des airs jeunes semble avoir du millage. Nous sommes à la douane y'a plusieurs autobus qui attendent, les gens se précipitent aux toilettes, moi aussi, j'ai fait la file pour les toilettes, personne n’utilise les urinoirs, je vais pas plus loin dans la scatologie. Comme toujours ça plait pas aux gens mon écriture, c'est très mauvais ce que je fais là... L'autobus se nomme excellence. Jamais attendu aussi longtemps aux douanes, dans le moment ma paranoïa me fait dire que c'est ma faute, que c'est à cause de moi si on attend si longtemps, je conseille pas cette attente aux grands angoissés. Des Français, des Grecs, des Polonais et celui qui fredonne derrière moi s'est pris au jeu il arrête pas...Faut vraiment pas être parano, les douaniers américains ont décidé de faire l'inspection générale. Je commence à trouver que ça coûte cher pour niaiser aux douanes. Je vais manger seul, je veux pas passer pour un benêt qui boit pas d'alcool. La guide est allumée. Je vais me coller à elle je veux pas me perdre... Je regarde le paysage pense à l'hiver, je suis chez les Américains, la guide discute avec le chauffeur... Trois voies pour circuler c'est plein de monde les Américains ils l'ont... Saratoga Springs, les sources de Saratoga. Ce matin avant de partir un gars essayait de fourguer des sandwichs wrap qu'il disait venir d'acheter, je soupçonne un militant végan qui essayait d'empoisonner.

Je pense que je casse le voyage, que je suis Satan, Satan dans Babel, la Babel polyglotte, mais oui c'est souffrant, la foule, les motards au truck-stop et moi qui se présente comme une grande. Je voulais pas socialiser je suis servi personne me parle et je me suis fait servir deux pointes de pizza en anglais, pédé? Ou schizophrénie? J'ai essayé de brancher le son du système vidéo dans le bus, j'ai pas réussi, j'ai eu l'air d'un estie de twit pourtant je suis pas sourd on est à moins de soixante miles de New York. Le trip à New York faut aimer être jammé dans le trafic. Je suis un niaiseux des Amériques. Viens de marcher sur la 42e suis allé à la Gare Centrale c'est magnifique, marché m'a fait du bien. L'autobus est au Bryant Park entre la 5e et la 4e. Ai photographié la superbe façade de la bibliothèque... Demain faut être debout à six heures trente. Je me coucherai pas tard, j'ai une magnifique suite dans un Hilton. Matin dans un chic hôtel du New Jersey... Je sais pas ce que la journée me réserve, une croisière et une visite de L'Empire State Building. Je pense au gars qui est passé près de moi sur la terrasse de la bibliothèque. Il avait le pouce en l'air.

Matin, j’ai pris mon petit déjeuner, on devrait partir pour Manhattan bientôt c'est pas loin, j'espère que ce sera pas les embouteillages d'hier, c'est trop demander la grosse pomme a besoin de ses vers. Je suis allé voir Ground Zéro d'une certaine façon j'étais pas ému pas plus qu'au bronze du taureau de la bourse, justement j'ai pas touché sa bourse. Ground Zéro c'est tellement beau et immense ça coupe le souffle... Ai marché dans la petite Italie, sur Broadway, dans Soho. Il se touchait à en oublier que d'autres choses existaient.

Bryant Park New York coin 42e et 6e ave, la ville est remplie de toutes les nationalités côté instinct je suis pas à maturité avec les deux Françaises du voyage, sympathique par ailleurs, la serveuse m'a donné du « thank you honey » un pâté chinois à vingt dollars ça vaux bien ça, j'ai laissé les autres voyageurs et j'attends l'autobus... New York ça grouille je croyais pas être capable de passer là... J'ai pas envie d'aller à Times Square les néons, les écrans géants, l'éclairage scintillant ça m'a déjà impressionné mais plus maintenant ce qui m'impressionne beaucoup c'est ce qu'il y a sous les marquises scintillantes. Étrangement y'a jamais personne qui s'assois près de moi, les sirènes, le drum, le beat, Jack Kerouac n'existe plus on est pas on the road mais sur la rue la 42e rue... New York, ça joue sur le système nerveux quoi dire de ma schizophrénie est-ce que je serais pas tout simplement une pédale une sorte de fils spirituel paranoïaque d'Allen Ginsberg. Ça parle fort comme je l'ai dit plutôt c'est Babel en anglais, en français, en espagnol, en italien et toutes les autres. Ben non! « ce set of light is not interesting ». Il y a toujours des rigolos qui passent des autos qui klaxonnent, le soir tombe les lampadaires s'allument... Je sais pas on est combien à New York à Facebooker ses photos de gratte-ciel. Le banc sur lequel je suis assis a été placé là en l'honneur de Carole L.Haber et la vie en rose. Le Grasse en face du parc avec ses courbes aussi attirantes que celle des filles. Côté émotion disont que Imagine dans le Strawberry Field au Central Parc et l'édifice Dakota ça rappelle John Lennon et ses magnifiques chansons sa mort aussi, New York c'est une énorme œuvre d'art un fantastique work in progress. Petit moment de grâce en quittant New York on a fait jouer Imagine de Lennon, moi flybean je pleurais, on est sur la route direction Montréal, ça été quand même un beau voyage, j'avais jamais vu autant de monde au même endroit that was it for my paranoïa. J'entends chuchoter et dans ma folie je crois que les gens parlent de moi. Les femmes disent que j'ai pas de couilles c'est possible. J'arrête ça là la vague m'a dit que je suis super intelligent. Rue Malcolm X dans Harlem les entrées avec les escaliers exactement comme dans les films et les romans. The guy said «Stay till the fat lady sing» the fat lady said «Go to war scum!» C'est pas que j'aime me faire insulter c'est quand je vois de qui ça viens ça vaux pas la peine. Je voulais pas socialiser j'ai été servi, j'ai même rencontré de l'hostilité.