Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Cadre de référence


Se pencher sur la souffrance mentale...

Notre vision clinique de la psychiatrie centrée sur la pleine citoyenneté s'est inspirée d'organisations et de personnes avec lesquelles nous avons établi un dialogue au fil des ans. L'une de ces personnes, Gérard Milleret, psychiatre, chef du Pôle B au Centre Hospitalier La Chartreuse (France) et président du Mouvement international citoyenneté, nous a particulièrement inspiré. Nous reproduisons ici un texte qui témoigne de ses réflexions sur l'évolution des pratiques en psychiatrie.

Docteur G. MILLERET
Chef de Pôle
CH La Chartreuse

Se pencher sur la souffrance mentale…


Protéger des individus ayant perdu la raison. C’est dans un courant philanthropique et dans celui de la Révolutionnaire Française que Pinel se met à la tâche. N’avons-nous pas en mémoire le tableau mythique où il enlève les chaînes à ces insensés, qui deviendront des aliénés au XIXe siècle puis, plus tard, des malades mentaux? Ainsi on voit naître dans le monde occidental l’Asile psychiatrique, système de protection, d’hébergement et de soins.

Mais très vite, ce contexte humaniste disparait pour voir se mettre en place un système d’exclusion aboutissant à une mise à distance de ceux dont la déraison perturbe. Les aspects sécuritaires, l’intolérance, la stigmatisation dominent au sein de la population. En France l’admission dans ces établissements se fera par le biais du Préfet, de l’entourage mais jamais par l’intéressé lui-même.

Il faudra attendre les années vingt pour voir progressivement une évolution de la situation.

C’est par un groupe de psychiatres français, isolé dans un coin de France à Saint-Alban en Lozère, alors sous le joug de l’occupation allemande qu’une prise de conscience réelle se fait jour. Cette microsociété dans laquelle sont enfermés «les fous» doit évoluer et un mouvement d’ouverture se met en place dans les années 60. Il ne s’agit plus d’éloigner cette population souffrante mais de l’intégrer dans cette société jusqu’alors rejetante.

Faire évoluer, voire disparaître, ces anciens asiles. Lutter contre la stigmatisation et surtout redonner une image de Citoyen à ses sujets dont les difficultés sont trop souvent assimilées à des troubles du comportement et violence. Voilà une mission fondamentale pour nos pratiques.

Nous devons travailler en lien avec les familles, les patients partenaires et recueillir leurs vécus souvent très riches en enseignement.

C’est dans ce sens que nous devons poursuivre ce travail d’intégration et faire disparaitre l’image de maladie honteuse quand on évoque la souffrance psychiatrique.

Le cadre de référence et l'outil de vulgarisation

En février 2015, un cadre de référence sur la pleine citoyenneté était développé par la Direction générale.

Un outil de vulgarisation a également été produit dans l’objectif de favoriser l’appropriation des concepts de la vision clinique par les employés et médecins de l’Institut.

Mars 2015
Cadre de référence

Téléchargez la publication (PDF)

Février 2015
Outil de vulgarisation - Une vision clinique de la psychiatrie centrée sur la pleine citoyenneté

Téléchargez la publication (PDF)

 

Véronique Maléfant
Communications numériques
Services des communications