Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Les jumeaux de l’Institut

Saviez-vous que l’Institut avait beaucoup de choses
en double, pour ainsi dire, des jumeaux?

  • 2 CHEMINS DE FER, un à l’extérieur et un à l’intérieur

 

  •  2 X 2 PAVILLONS

Le pavillon St-Joseph, qui accueillait les hommes, aujourd’hui appelé Bédard, et le pavillon Sainte-Marie, connu sous le vocable du pavillon Émile-Nelligan, dédié aux femmes et qui passa au feu en 1977, étaient similaires.

Le pavillon Lahaise, anciennement Notre-Dame-du-Rosaire, est une réplique du pavillon Cloutier, nommé dans le temps Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, toutefois pas tout à fait identique. Construit en 1935, soit une année après son jumeau, il est quant à lui, surélevé.

  • 2 CARRIÈRES

Les pierres qui recouvrent les bâtisses furent taillées à même deux carrières situées sur le site. La plus large des carrières devint le dépotoir de la ville de Gamelin.

  • 2 QUAIS

Ils servaient pour acheminer les marchandises depuis le fl euve et ont été abandonnés tous les deux.

  • 2 CIMETIÈRES

L’un était réservé aux religieuses (Cimetière St-Isidore) et l’autre (Cimetière Ste-Thérèse) aux
usagers n’ayant pas été réclamés par leur famille, ou acceptés pour l’étude de l’anatomie par le
superviseur pour les besoins des facultés de médecine ou de médecine dentaire. Plus de 2000 dépouilles furent exhumées des deux cimetières en 1966 et transférées au cimetière St-François-d’Assise.

  • 2 TOURS DE GARDE

Le corridor central est toujours jalonné de deux tours au toit pointu, érigées à l’origine pour surveiller les usagers dans les cours. La première est située du côté du pavillon Bédard jadis réservé aux hommes(actuellement au-dessus du salon du coiffeur) et la seconde, du côté du pavillon Émile-Nelligan dédié aux femmes, encore accessible depuis le bureau du chef de
l’hygiène et de la salubrité.

  • 2 RÉSERVOIRS À EAU

La tour emblématique que nous connaissons, toujours en service, contient 10,000 galons d’eau. La seconde tour, maintenant disparue, était proche des deux quais. Elle abritait la pompe qui puisait l’eau du fleuve Saint-Laurent jusqu’à sa jumelle.

La photo ci-dessous est prise du haut d’une tour située jadis au bord du fleuve. On peut voir la clôture de l’entrée avec son portail en pierre et les pavillons temporaires qui furent construits après l’incendie de 1890.