Taille du texte
AAA

Cuisinons ensemble

Évaluation des bienfaits de l’activité "Cuisinons ensemble". Partenariat avec l’organisme Le Mûrier, promoteur du projet.

Cuisinons ensemble... La recherche!

Catherine Briand nous présente les résultats du projet d'évaluation du programme Cuisinons ensemble, offrant des ateliers culinaires à domicile pour des personnes vivant avec des troubles de santé mentale (durée: 7min, 17 sec).

Visionner la vidéo

Troubles mentaux et insécurité alimentaire

En plus d’une vulnérabilité socio-économique, les personnes ayant une maladie mentale présentent souvent des difficultés dans la réalisation des tâches liées à l’alimentation (planification des repas, achat et gestion du budget, confection de repas à moindre coût, etc.). Ces difficultés peuvent être associées à un manque de connaissances (des aliments, des outils, des procédures, des règles nutritionnelles, des ressources disponibles, etc.), à peu d’expérimentations véritables et d’opportunités pour pratiquer et développer des habiletés ainsi qu’à des difficultés au niveau des habiletés de traitement de l’information (difficultés de planification, d’organisation, d’exécution, etc.) (Weissenberg and Giladi, 1989 dans Bassett, et al., 2003; McDougall, 1992).

Ces difficultés peuvent avoir des conséquences importantes sur la capacité des personnes atteintes de troubles mentaux à subvenir adéquatement à leurs besoins alimentaires et, sur leur santé physique et nutritionnelle (Porter, et al., 1999). Cette situation dicte des actions vers une préoccupation pour les habitudes de vie, dont les habitudes et habiletés liées à la sécurité alimentaire.

 

Cuisinons Ensemble: faire face à l’insécurité alimentaire

Le projet Cuisinons ensemble, mis sur pied par l’organisme communautaire de bienfaisance en santé mentale Le Mûrier en octobre 2011, a comme objectif le développement de stratégies quotidiennes pour assurer la sécurité alimentaire de personnes vivant avec un problème de santé mentale. Plus particulièrement, il vise l’acquisition et la généralisation des habiletés relatives à l’alimentation et à l’hygiène des lieux de vie et de la personne.

L’activité proposée consiste en une intervention concrète, individuelle, faite par un intervenant (cuisinière formatrice) dans l’appartement du client. Cette intervention couvre la planification de repas et les achats nécessaires, la réalisation de repas, ainsi que les notions d’hygiène qui s’y rattachent. Les ateliers individuels se déroulent à raison de trois heures semaines, durant 10 semaines. Jusqu’à maintenant, plus d’une trentaine de clients ont bénéficié de l’activité Cuisinons Ensemble.

 

Le projet de recherche: vers une évaluation des bienfaits de l’activité Cuisinons ensemble

Le projet permettra de mesurer les bienfaits de l’activité Cuisinons ensemble auprès de la clientèle du Mûrier portant sur…

  • les connaissances de la personne en ce qui a trait à la préparation des repas;
  • les habiletés de la personne en ce qui a trait à la préparation des repas;

      -planification des repas de façon autonome;

      - recherche et l’achat de produits alimentaires à prix réduit de façon autonome;

      - confection de repas simples (respect du budget, règles d'hygiène);

  • le sentiment de compétence de la personne et sur sa confiance en soi;
  • les habitudes alimentaires et autres habitudes de vie;
  • la compétence occupationnelle (degré avec lequel une personne soutient une routine de comportements productifs et satisfaisants dans sa vie quotidienne).

 

Les grandes étapes

Afin de mesurer les bienfaits de l’activité Cuisinons ensemble, une analyse de cas multiples avec collecte de données mixtes (qualitatif et quantitatif) sera effectuée. Huit cas seront suivis entre juillet 2013 et mai 2015. Chacun d’eux aura à compléter une série de questionnaires à quatre moments durant leur suivi et à participer à une entrevue individuelle en fin de suivi. De plus, les personnes seront observées par une ergothérapeute dans les activités liées à la planification et à la préparation de repas à quatre moments afin d’évaluer leurs habiletés opératoires.

  • T0 : En début d’activité (T0)
  • T1 : Après une session de 9-10 semaines de l’activité Cuisinons Ensemble – 10 semaines après le début
  • T2 : Après une session d’arrêt de 9-10 semaines et une seconde session de 9-10 semaines de l’activité Cuisinons Ensemble – 30 semaines après le début
  • T3 : Après 18-20 semaines d’arrêt sans activité Cuisinons Ensemble – 50 semaines après le début

 

Résultats

Visionner la vidéo explicative où Catherine Briand, chercheure principale du projet, expose les premiers résultats du projet. >>

 

En savoir plus

Consultez la section Santé physique pour connaître d'autres projets novateurs portant sur les saines habitudes de vie et l’importance de la santé physique des personnes atteintes de problèmes de santé mentale! >>

 

L’équipe

Équipe de recherche

  • Catherine Briand, chercheuse principale, Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, Université de Montréal
  • Ginette Aubin, co-chercheuse, Université du Québec à Trois-Rivières
  • Amélie Dumont, ergothérapeute et coordonnatrice du projet, juin 2013 à juin 2014
  • Rose-Anne St-Paul, coordonnatrice du projet, juin 2014 à aujourd'hui 

Assistants de recherche/Étudiants impliqués

  • Mélissa Lalande, ergothérapeute, rédaction du protocole, juin-octobre 2012
  • Amélie Dumont, ergothérapeute, rédaction du protocole, janvier-juin 2013
  • Rafaëlle Cadrin, étudiante en ergothérapie, juin 2014 à aujourd'hui

Partenaires promoteurs

L’organisme Le Mûrier

  • Alex Chayer, directeur général
  • Martine Côté, cuisinière formatrice

 

 

Commanditaire

L'équipe du projet Cuisinons ensemble tient à remercier les bannières Provigo-Loblaws-Maxi pour une commandite de 1000$ en cartes-cadeaux.

Questions ou commentaires?

Rose-Anne St-Paul, coordonnatrice du projet de recherche

Tél : 514-251-4000, poste 2877

Courriel : rose-anne.saint-paul@umontreal.ca

Pour élaborer ce projet, des données préliminaires ont été tirées de l’Étude pilote sur l’insécurité alimentaire chez la clientèle atteinte de troubles mentaux graves.

En savoir plus  >>