Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Messages principaux du rapport final

  • La plupart des familles n’étaient pas au courant qu’il y avait un Plan d’action en santé mentale du ministère 2005-2010 (PASM)
  • Les familles du Québec vivent un fardeau et une détresse psychologique semblable à celle relevée dans d’autres études réalisées il y a plus de 20 ans et la situation demeure encore aujourd’hui très préoccupante
  • Au premier temps de l’étude, peu de familles avaient constaté que leur proche avait vécu un changement dans les soins reçus dans le contexte du PASM
  • Les familles ne se sentent pas à l’aise avec le fait que leur proche soit suivi par un médecin généraliste
  • Ils ont plus confiance en un psychiatre, surtout pour la connaissance de la maladie et de la médication
  • Les membres de familles de l’étude reçoivent leur soutien surtout de la part des organismes communautaires
  • La loi sur la confidentialité limite l’implication des familles dans les services que leur proche reçoit. Elles ont l’impression que les psychiatres se servent de cette loi pour ne pas collaborer avec elles
  • Les informateurs-clé disent que le Plan d’action visait surtout la réorganisation des services dans un premier temps et que la collaboration avec les familles était plutôt une philosophie.  Avec tout ce que la réorganisation a demandé comme travail, il ne restait pas beaucoup de temps à accorder aux familles
  • Il y a un désir de  la part des intervenants de s’impliquer davantage auprès des familles dans un avenir rapproché, surtout si on instaure des conditions le permettant
  • Lors d’un Forum dans le cadre de ce projet, autant les représentants des familles que les décideurs et les intervenants ont émis des recommandations à l’effet d’améliorer les relations avec les familles. On parle de protocoles d’entrée et de sortie, de changement à la loi sur la confidentialité, de formation pour les médecins et le personnel, et de réduire la stigmatisation face à la maladie mentale