Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

À propos de Fernand-Seguin

Biochimiste de talent et vulgarisateur scientifique de renommée internationale

Né à Montréal en 1922, Fernand-Seguin grandit sur la rue Saint-André dans une famille de sept enfants. Très tôt, il développe un goût prononcé pour la lecture et les études, et se passionne pour le domaine scientifique.

Après ses études primaires et secondaires, il entre à l’Université de Montréal à la Faculté des sciences et décroche une licence en chimie en 1944 puis une maîtrise en biologie en 1945. Il devient professeur de physiologie à l’Université de Montréal et directeur du laboratoire de biochimie d’un établissement dédié à la santé mentale: l’Hôpital St-Jean de Dieu, devenu par la suite l’Hôpital Louis-H. Lafontaine (voir photo). En 1950, il crée le département de recherches biochimiques dans ce même établissement. Chercheur et visionnaire, il veut investiguer les causes biologiques possibles des maladies mentales. Le monde médical d’alors le force à démissionner, ses idées révolutionnaires étant à contre-courant de la recherche médicale de l’époque.

 

Après ce début de carrière prometteur comme professeur et chercheur à l’Université de Montréal, il abandonne définitivement l’enseignement et la recherche à l’âge de trente-deux ans pour se consacrer à temps plein à ce qui deviendra la grande passion de sa vie: la vulgarisation scientifique. Pionnier en ce domaine au Canada, il entreprend alors une série d’émissions radiophoniques et télévisées qui ont marqué des générations d’auditeurs et de téléspectateurs et qui ont été à l’origine de plusieurs carrières scientifiques.

Après l’émission Radio-Collège destinée à l’éducation scientifique des jeunes, il anime plusieurs programmes pour adultes à la télévision: Le Roman de la science (1956-1960), Aux frontières de la science et L’Homme devant la science (1960-1961) et particulièrement Le Sel de la semaine (1965-1970) où il adopte un point de vue critique sur la science. De 1975 à 1977, il anime chaque semaine un programme télévisé Science et Réalité. Consultez les archives de la Société Radio-Canada consacrées à Fernand Seguin.

En 1977, l’UNESCO reconnait l’ensemble de son œuvre en lui décernant le prix Kalinga, la plus prestigieuse récompense dans le domaine de la vulgarisation scientifique et la première à être remise à un Canadien. Il rejoignait alors les rangs de Bertrand Russell (1957), Julian Huxley (1953) et Margaret Mead (1970).

Alliant une infatigable curiosité intellectuelle ouverte à tous les domaines de la science à une constante capacité d’émerveillement, il marie avec élégance au cours de ses entrevues et de ses écrits une érudition sans faille, un humour incisif et un amour sans bornes pour la vie qu’il découvre au cœur de la science.

Quelques pensées qui résument bien le sens qu’il a voulu donner à son existence

«Entre la bombe et l’orchidée, je choisirai la fleur; et si l’on m’accorde un choix supplémentaire, je choisirai l’homme».

«Ce qui justifie l’existence du chercheur inconnu ce n’est pas la découverte mais le cheminement patient et passionné qui trouve en lui-même sa propre récompense».

«De notre premier cri jusqu’à notre dernier souffle, notre existence s’use ainsi que la pierre au jeu des ricochets, à distinguer le cristal d’avec la chimère, la dure réalité d’avec les fantasmes qu’invente notre imagination dans l’espoir d’échapper à la banalité du quotidien.(…). Confondre le cristal et la chimère à la recherche toujours recommencée de l’inaccessible, c’est un jeu tantôt fascinant, tantôt cruel».

Publication

La bombe et l’orchidée (1987) et Le cristal et la chimère (1988), Éditions Libre Expression.

Les conférences Fernand-Seguin

Conférences Fernand-Seguin

Conférences inspirées de l'oeuvre du grand vulgarisateur, l'Institut est fier d'offrir au réseau ainsi qu'à la communauté l'occasion de mieux comprendre les enjeux de la santé mentale.