Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Impacts cérébraux d’une thérapie pour les gens atteints du syndrome de Gilles de la Tourette

25 juin 2015

En plus de son effet sur les tics chroniques, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) permettrait de modifier le fonctionnement cérébral des personnes atteintes du syndrome de Gilles de la Tourette (SGT). C'est ce que nous apprend une étude réalisée par des chercheurs de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal) et de l'Université de Montréal, dont les résultats sont présentés au 1st World Congress on Tourette Syndrome and Tic Disorders, qui se tient à Londres du 24 au 26 juin.

Le syndrome de Gilles de la Tourette (SGT) est un trouble neuropsychiatrique dont la principale caractéristique est la présence de tics moteurs et vocaux chez les patients qui en sont atteints. Un tic est généralement défini comme un mouvement ou une vocalisation semi-involontaire et sans but précis. «Il n’existe pas encore d’explication définitive des causes de ce syndrome, mais on sait que les tics sont liés à une mauvaise communication entre l’aire motrice supplémentaire, une région du cortex cérébral, et des régions plus profondes, qu’on appelle les noyaux gris centraux,» explique Simon Morand-Beaulieu, étudiant au Centre d'études sur les tics et les tocs de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal et au Département de neurosciences de l’Université de Montréal.

Combinée à la médication, la thérapie cognitivo-comportementale aide à diminuer de façon importante les tics. Dans les faits, la TCC permet de normaliser l’activité observée dans la région de l’aire motrice supplémentaire, entre autres par des exercices de relaxation et de discrimination musculaire focalisés sur les muscles associés aux tics. «Outre les effets bénéfiques sur les tics, nous voulions voir si la TCC modifiait concrètement le fonctionnement cérébral des personnes atteintes de SGT,» affirme monsieur Morand-Beaulieu.

Avant de débuter la TCC, les participants à l’étude, atteints du SGT, ont achevé une tâche expérimentale typiquement conçue pour susciter une activité cérébrale au niveau des aires motrices supplémentaires. Il s’agissait d’une tâche durant laquelle les participants devaient donner une réponse manuelle en fonction de la couleur d’une flèche pointant à droite ou à gauche. Les chercheurs ont pu alors observer une suractivité des aires motrices supplémentaires et des déficits quant à la sélection et à la préparation adéquate de leurs mouvements. Néanmoins, suite à la thérapie, ils ont constaté que les tics avaient diminué significativement et que les fonctionnements cérébral et moteur des personnes atteintes étaient comparables aux participants sans SGT.

Autre découverte intéressante, lors de l’accomplissement de la tâche expérimentale, les chercheurs ont remarqué que les participants atteints du SGT avaient également une suractivité des régions frontales lorsqu’ils devaient inhiber un mouvement. Cette suractivité demeure toujours présente après la thérapie. «Il pourrait s’agir là d’un mécanisme adaptatif, qui proviendrait de l’expérience qu’ont les patients à inhiber leurs propres tics. Ils pourraient donc performer aussi bien que les participants sans SGT lors d’une tâche demandant du contrôle cognitif, mais cela se ferait au coût d’une plus grande activité du cortex frontal,» explique Marc Lavoie, chercheur à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal et superviseur des travaux de recherche.

De façon concrète, ces résultats permettront d’enrichir les approches thérapeutiques et certaines stratégies motrices afin d’améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de SGT. «Très bientôt, il sera possible de partager ces données neurophysiologiques avec le psychologue menant la TCC et ainsi corriger ou de bonifier le traitement des personnes aux prises avec le syndrome de Gilles de la Tourette,» conclut monsieur Lavoie.

À propos de l'étude

Morand-Beaulieu, S., O’Connor, K.P., Sauvé, G., Blanchet, P., Lavoie, M.E. (sous presse). Cognitive-behavioral therapy induces sensorimotor and specific electrocortical changes in chronic tic and Tourette's disorder. Neuropsychologia.

Ces travaux ont été financés par une subvention de fonctionnement des Instituts de recherche en santé du Canada et par une subvention de soutien aux équipes du Fonds de recherche du Québec - volet Santé. Simon Morand-Beaulieu a reçu une bourse de la Tourette Association of America pour aller présenter ces résultats à Londres.

Plusieurs membres du Centre d’études sur les troubles obsessifs-compulsifs et les tics présentent leurs plus récents travaux de recherche au 1st World Congress on Tourette Syndrome and Tic Disorders à Londres. Entre autres, la chercheure et psychologue Julie Leclerc présentera les résultats d’une étude portant sur l’effet du traitement Façotik chez les enfants et les résultats d’un essai clinique randomisé tenu auprès des adultes.

Les médias en parlent....

Québec
UdM Nouvelles
Montreal City and Press
Psychomedias

 
International
Science et Avenir (France)
Pourquoi docteur? (France) 
Techno-Science (France)
Science Daily (Angleterre)  
MedicalXpress (États-Unis)  
Science 2.0 (États-Unis)   
Medical News Today (États-Unis)  
News Medical (États-Unis)  
E Science News (États-Unis)


Pour information 

Catherine Dion
Agente d'information - relations médias
CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal
Institut universitaire en santé mentale de Montréal
Tel. : 514 251-4000, poste 2986 | Cell. : 514 235-4036
catherine.dion.iusmm@ssss.gouv.qc.ca