Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Détresse psychologique : risque élevé chez les jeunes adultes et chez les femmes quel que soit l’âge

10 octobre 2014

La détresse psychologique est un état de souffrance émotionnelle caractérisé par des symptômes de dépression et d’anxiété. Elle est utilisée comme un indicateur de la santé mentale d’une population parce que, si elle perdure et s’intensifie, elle est symptomatique de problèmes de santé mentale graves. Environ 20% des adultes canadiens rapportent un niveau modéré ou élevé de détresse.

« Quelques études ont montré que le niveau moyen de la détresse psychologique est plus élevé chez les femmes que chez les hommes et qu’il diminue avec l’âge. Notre étude a clarifié la nature de la relation entre la détresse, le genre et l’âge et a suggéré des pistes de recherche intéressantes », déclare Aline Drapeau, chercheure au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal et auteure principale de l’étude.

La chercheure a analysé les données provenant de 9062 femmes et 7877 hommes de 18 ans et plus ayant participé à une enquête réalisée par Statistique Canada entre 1994-1995 et 2010-2011. Dans cette enquête, la détresse était mesurée par le K6 qui a été développé par Kessler et ses collègues et qui est fréquemment utilisé dans la recherche en santé mentale. Le K6 mesure six types de symptômes de la détresse : la tristesse, la nervosité, l’incapacité de tenir en place, l’absence d’espoir, le sentiment de se sentir inutile et que tout geste est un effort.

Résultats

  • Le niveau moyen de détresse psychologique est plus élevé chez les jeunes adultes de 18 à 29 ans que chez les adultes plus âgés.
  • Les femmes rapportent un niveau moyen de détresse plus élevé que les hommes dans tous les groupes d’âge.
  • Chez les femmes, le niveau moyen de détresse psychologique diminue progressivement à partir de 18 ans et atteint un minimum dans la soixantaine. Par la suite, il augmente légèrement sans pour autant atteindre le niveau observé chez les adultes d’âge moyen.
  • Chez les hommes, le niveau moyen de détresse psychologique demeure stable dans la vingtaine puis suit une trajectoire semblable à celle observée chez les femmes.

« Notre étude a aussi montré que la distribution de la détresse selon l’âge s’expliquait en partie par la fluctuation du statut d’emploi, du statut matrimonial et du niveau de scolarité au cours de la vie adulte. Cette découverte est importante parce qu’elle fournit des indices sur les domaines à explorer pour mieux comprendre la détresse élevée des jeunes adultes. », explique Aline Drapeau.

Cette étude a été financée par le Fonds de la recherche en santé du Québec (ref. #14389). Aline Drapeau et Alain Marchand sont chercheurs-boursiers du Fonds de la recherche en santé du Québec.

Aline Drapeau est Professeure au Département de psychiatrie de l’Université de Montréal. Elle est également Directrice de la Communauté de pratique en épidémiologie psychosociale (COPEP), un regroupement des chercheurs en épidémiologie psychosociale.

Source : Aline Drapeau, Alain Marchand and Charlotte Forest. Gender differences in the age-cohort distribution of psychological distress in Canadian adults: findings from a national longitudinal survey. BMC Psychology 2014, 2:25.