Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Alcool et de drogues : les abstinents moins à risque de troubles mentaux

25 octobre 2013

Une étude démontre que la fréquence des troubles psychiatriques est proportionnelle à la consommation d’alcool et (ou) de substances illicites. Au Canada, ceux qui s’abstiennent ont un profil sociodémographique et des antécédents culturels spécifiques.

Cette découverte est le fruit d’une recherche épidémiologique menée par Alexandre Dumais, chercheur-psychiatre au Centre de recherche de l’Institut Philippe-Pinel de Montréal (IPPM), en collaboration avec Christian Joyal et Gilles Côté (IPPM) ainsi qu’Alain Lesage (Institut universitaire en santé mentale de Montréal).

Les données épidémiologiques ont été recueillies auprès de 36 984 canadiens. Sept profils de consommateurs d’alcool et (ou) de drogues illicites ont été obtenus, allant de l’abstinent au consommateur élevé. Plusieurs critères ont été étudiés pour chacun des participants en particulier leur situation sociale, leur appartenance ethnique et leur santé mentale.

Résultats

Ceux qui n’ont jamais consommé d’alcool ni de drogues illicites sont ceux qui ont le moins de risque de souffrir de troubles psychiatriques et d’utiliser les services de santé mentale. Ce sont le plus souvent des femmes, immigrants et sans emploi. Ces personnes rapportent aussi que la spiritualité est importante dans leur vie.

À l’opposé, ceux qui souffrent de troubles mentaux (troubles affectifs et anxieux), qui présentent des comportements suicidaires et de la détresse psychologique sont le plus souvent des forts consommateurs d’alcool et de drogues (cannabis, cocaïne).

« Contrairement à notre hypothèse de départ, la faible consommation d’alcool et ne réduit en rien les problèmes de santé mentale. Seule l’abstinence semble avoir un effet bénéfique sur la santé mentale. »

Alexandre Dumais

 

Alexandre Dumais est psychiatre et docteur en sciences biomédicales de l’Université de Montréal, et co-directeur du Centre d’études sur les mesures de contrôle en santé mentale de l’Institut. Ses intérêts de recherche portent sur les comportements violents et antisociaux chez les personnes atteintes de troubles mentaux.

Les recherches en cours se situent à différents niveaux; aspects neurocognitifs de la violence, programme de réadaptation spécifique, gestion des comportements agressifs et les mesures de contrôle.

 

Source : Dumais, A., De Benedictis, L., Joyal, C., Allaire, J. F., Lesage, A., & Cote, G. (2013). Profiles and mental health correlates of alcohol and illicit drug use in the canadian population: an exploration of the j-curve hypothesis. Can J Psychiatry, 58(6), 344-352. Pubmed