Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Des outils pour évaluer la réadaptation psychosociale en santé mentale

14 juillet 2015

Mise en place de questionnaires pour évaluer le rétablissement et l’accès à la pleine citoyenneté des personnes vivant ou ayant vécu des problèmes de santé mentale.

Deux concepts ont émergé depuis 20 ans dans le domaine de la réadaptation en santé mentale: le rétablissement et la pleine citoyenneté. « Au Québec, les protagonistes du réseau de la santé s’appliquent à transférer les principes du rétablissement dans les services et les pratiques,» déclare Jean-François Pelletier, premier auteur d’une étude publiée récemment dans la revue BMC Psychiatry. «Le concept de citoyenneté est indissociable de celui du rétablissement, et inversement. En effet,  le soutien des personnes avec des problèmes de santé mentale dans l’exercice de leurs droits et responsabilités de citoyen est nécessaire parce que le rétablissement n’est que partiel s’il n’est que clinique. Il ne doit pas être une éventuelle récompense qui dépendrait de l’état mental de l’usager », poursuit monsieur Pelletier, chercheur à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal affilié à l’Université de Montréal

Cependant, dès les débuts de ce mouvement réformateur, ceux qui font la promotion du rétablissement ont fait allusion au concept de citoyenneté, mais ne l’ont pas mesuré empiriquement. L’un des objectifs de cette étude est de contribuer à combler cette lacune en comparant les résultats de deux outils de mesure : un premier destiné à mesurer la citoyenneté et un second pour évaluer le rétablissement du point de vue de l’usager.

Questionnaire sur la citoyenneté: Citizenship Measure (CM)

Le CM est un questionnaire sur la citoyenneté comprenant 46 énoncés que l’usager doit coter de 1 (tout à fait en désaccord) à 5 (tout à fait d’accord). Ces énoncés couvrent 5 dimensions:

  • Besoins essentiels (pr. ex. : accès à l’emploi, à un logement ou à des soins de santé adéquats;
  • Implication dans la communauté;
  • Autodétermination (pr. ex. : choisir la façon de  dépenser son argent);
  • Accès aux services;
  • Respect d’autrui.

Questionnaire sur le rétablissement : Recovery Assessment Scale (RAS)

Le RAS est un questionnaire auto administré´ qui comprend 41 énoncés que la personne doit coter, sur une échelle de 1 (fortement en désaccord) à 5 (tout à fait d’accord). Cinq dimensions sont évaluées par le RAS:

  • Confiance en soi et espoir (pr. ex. : j’ai le désir de réussir);
  • Volonté de demander de l’aide (pr. ex. : je demande de l’aide quand j’en ai besoin);
  • Objectifs et projet de vie (pr. ex. : j’ai des objectifs dans la vie que je souhaite atteindre);
  • Recours aux autres (pr. ex. : j’ai des amis sur qui je peux compter);
  • Gestion des symptômes (pr. ex. : je comprends comment je peux contrôler les symptômes de ma maladie mentale).

Résultats

L’analyse statistique indique que ces deux questionnaires sont des outils fiables  pour évaluer la citoyenneté et la réhabilitation.

«Ces résultats suggèrent qu’il existe une relation étroite entre la citoyenneté et la rétablissement, sans pour autant conclure qu’il existe un lien de cause à effet. En effet, nous ne pouvons pas prédire qu’un programme efficace permettant une réadaptation optimale permettra au citoyen d’atteindre un fonctionnement autonome dans la communauté et d’être, par conséquent un citoyen à part entière. L’inverse est également vrai,» explique Jean-François Pelletier.

Les chercheurs estiment qu’il serait approprié de combiner deux versions courtes de ces deux échelles en un seul questionnaire destiné à mesurer l’efficacité de services orientés à la fois vers le rétablissement et la citoyenneté.

Il pourrait être composé des 10 dimensions suivantes:

  • Besoins essentiels;
  • Implication dans la communauté;
  • Autodétermination;
  • Accès aux services;
  • Respect d’autrui;
  • Confiance en soi et espoir;
  • Volonté de demander de l’aide;
  • Objectifs et projet de vie; 
  • Recours aux autres;
  • Gestion des symptômes.

«Il y a sans aucun doute un désir croissant de rétablissement de la part des personnes atteintes de maladie mentale. Durant son processus de rétablissement, la personne s’engage à comprendre comment gérer et vivre avec sa maladie. Ça fait partie du traitement et du chemin vers le rétablissement» conclut monsieur Pelletier

Selon les chercheurs, l’utilisation des deux échelles combinées CM-RSA peut être un point de départ pour évaluer l’efficacité des services existants, dans l’attente d’approfondir les recherches sur le concept de rétablissement civique et d'appartenance communautaire pour les personnes atteintes de maladie mentale.

Ce projet de recherche de recherche a été financé par la Fondation de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal ainsi que par le  Programme international de recherche action participative sur le rétablissement civique (PIRAP).

Source : Pelletier, J. F., Corbiere, M., Lecomte, T., Briand, C., Corrigan, P., Davidson, L., & Rowe, M. (2015). Citizenship and recovery: Two intertwined concepts for civic-recovery. BMC Psychiatry, 15(1). Pubmed