Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Santé des personnes avec des troubles mentaux graves : Un nouvel outil pour faciliter l’accès aux soins de première ligne

22 décembre 2015

L’Institut universitaire en santé mentale de Montréal est fier d’annoncer la création d’un nouvel outil interactif pour faciliter l’accès aux professionnels en santé de la première ligne. Développé en collaboration avec le Programme international de recherche action participative (PIRAP), ce guide, conçu par des patients-partenaires, est destiné aux personnes souffrant de troubles mentaux graves afin de les aider à obtenir les soins nécessaires au maintien de leur santé physique.

« Les taux de mortalité est élevé chez les personnes souffrant à la fois de troubles mentaux graves (TMG) et de maladies physiques chroniques, diminuant leur espérance de vie en moyenne de 20 ans comparativement au reste de la population », souligne Jean-François Pelletier, chercheur à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l’Est-de-Montréal) et instigateur de l’initiative.

Les maladies chroniques (cancer, maladies cardiovasculaires et respiratoires, diabète) sont la principale cause de mortalité chez la population nord-américaine en générale. Cependant, les personnes ayant un TMG sont plus susceptibles de souffrir de problèmes physiques, ce qui a un impact sur leur santé globale.

« Les individus avec un TMG ont souvent de mauvaises habitudes de vie (tabagisme, manque d'exercice). Ils souffrent des effets secondaires des médicaments psychotropes et accèdent moins facilement aux services de soins primaires. Ils représentent donc une population à risque de maladies chroniques», poursuit le professeur au Département de psychiatrie de l’Université de Montréal. Ce guide, élaboré en collaboration avec le CSSS de la Pointe-de-l'Île, leur permet de mieux exprimer leur état, d’identifier les symptômes à surveiller, de mieux communiquer avec les professionnels et de mieux comprendre leur maladie physique. Ainsi, l’accès à des services de première ligne est amélioré et les conséquences d’une maladie chronique sont limitées.

Concrètement, ce guide présente une série de questions auto-administrées et des fiches d’information portant sur les signes et symptômes des maladies chroniques les plus fréquemment rencontrés et les facteurs de risque des principales causes de mortalité.  

Exemples de questions :

• Avez-vous déjà été soigné pour une maladie (maladie du cœur, hypertension, diabète, asthme, cancer.) ou une douleur chronique ?
• Souffrez-vous d’allergie ?
• Souffrez-vous de migraines qui limitent vos activités ?
• Avez-vous remarqué du sang dans vos urines ?
• Mangez-vous au moins sept portions de fruits et légumes par semaine ?
• Vous brossez-vous les dents quotidiennement ?

Méthode et résultats
Les chercheurs ont demandé à 146 personnes atteintes de trouble de santé mentale grave de visionner une série de courtes vidéos illustrant les signes et les symptômes de maladies chroniques courantes produites par des patients-partenaire du PIRAP, sous la supervision scientifique d’un médecin généraliste.

Par la suite, les participants ont complété un questionnaire sur une tablette électronique et ont assisté à des rencontres en petits groupes pour échanger sur leur expérience de vie et leurs parcours de soins et de services en santé. Leurs réponses et les discussions ont permis à l’équipe de créer un guide qui répond aux questions et qui sensibilisent les personnes atteintes de trouble de santé mentale grave à l’importance de prendre soin de sa santé physique.

« Les données sont très pertinentes, » affirme monsieur Pelletier. Les cas d’emphysème et d’asthme ont été (auto-) rapportés chez 18% des participants et 27% se sentent fréquemment à bout de souffle. Environ 36% présentent des mouvements anormaux ou des tremblements, reflétant les possibles effets secondaires des antipsychotiques. Autres résultats très préoccupants et nécessitant un approfondissement : la prévalence de diabète à plus 35,9 %, alors que ce taux n’est que de 8,3% dans la population générale. Enfin, 56,3% fument et près de la moitié (47,2%) ne se brossent pas les dents quotidiennement, ce qui permet de penser qu’une meilleure hygiène bucco-dentaire pourrait empêcher l’apparition de maladies de la bouche.

« Nos travaux ont montré qu’il était possible de rédiger un guide médical destiné à des personnes souffrant de troubles mentaux graves et à risque de comorbidité. Ce guide est bien accepté par ces derniers et leur permettra de mieux préparer leur rendez-vous chez un médecin généraliste en devenant plus conscients de leur propre condition de santé. Une prochaine étape, serait de rendre accessible ce guide à tous via le web et d’accompagner les fiches d’information de capsules vidéos, » déclare le chercheur.

Si les patients atteints de TMG sont mieux outillés, il reste à étudier la façon dont fonctionnent les professionnels de la santé. L’équipe de monsieur Pelletier est déjà impliquée dans une initiative visant à sensibiliser les équipes de médecine généraliste au phénomène de l'écran diagnostique. L’équipe du PIRAR et leurs partenaires ne manqueront pas de projet en 2016.

Source : Pelletier JF, Lesage A, Boisvert C, Denis F, Bonin JP, Kisely S. Feasibility and acceptability of patient partnership to improve access to primary care for the physical health of patients with severe mental illnesses: an interactive guide. Int J Equity Health. 2015 Sep 14;14(1):78.



Qu'est-ce qu'un patient partenaire?


Information

Catherine Dion | Agente d'information - relations médias | CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal
Bureau : 514 251-4000, poste 2986 | Cell. : 514 235-4036
catherine.dion.iusmm@ssss.gouv.qc.ca