Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Prévention de la dépression et du suicide chez les adolescents: de nouvelles stratégies?

17 juin 2015

Un supplément de la Revue canadienne de psychiatrie aborde les facteurs de protection de la dépression et des conduites suicidaires à l’adolescence

Des études récentes réalisées au Québec1 et en France2 démontrent que lorsqu’on s’occupe des  facteurs de protection en plus des facteurs de risques, les adolescents suicidaires sont beaucoup moins déprimés et à risque de suicide. C'est la conclusion à laquelle en viennent Dr Jean-Jacques Breton et Dr Réal Labelle de l'Hôpital Rivière-des-Prairies (HRDP) associés à l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal.

Mais pourquoi s’intéresser aux facteurs de protection? Selon Dr Réal Labelle, professeur titulaire à l’Université du Québec à Montréal et chercheur à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, «l’originalité de la démarche réside dans l’analyse du rapport de force qui s’exerce entre les facteurs de risque et les facteurs de protection; un rapport de force que l’on pourrait éventuellement modifier positivement grâce à une meilleure compréhension du jeu des influences en présence.»

Selon le Dr Jean-Jacques Breton, professeur agrégé de clinique à l’Université de Montréal, «des alliés du désir de vivre, en opposition aux facteurs de risque, stimuleraient les défenses naturelles psychiques d’un individu lors d’un évènement de vie stressant, réduisant du même coup sa vulnérabilité face à la dépression et aux idéations suicidaires. Un peu comme le ferait les anticorps d’un système immunitaire efficace.» 

Les deux chercheurs, en collaboration avec d’autres chercheurs de la France, ont identifié plusieurs facteurs de protection particulièrement prometteurs tels que les stratégies productives de coping (p.ex.: faire de l’activité physique, se centrer sur le positif, rechercher de l’aide, travailler fort, se divertir, etc.), les raisons de vivre (p.ex.: l’alliance familiale) et la spiritualité (p.ex.: découverte de soi). Ils ont également identifié certains facteurs de risques à surveiller: les événements stressants, la dépression, le désespoir et les stratégies non productives de coping (p.ex.: s’inquiéter, se faire des reproches, ignorer les problèmes, rester inactif, etc.).

Dans un désir de partager leurs connaissances et d’inspirer les cliniciens en santé mentale, messieurs Breton et Labelle ont dirigé la rédaction d’un supplément, paru récemment dans de la Revue canadienne de psychiatrie, qui regroupe les six études des chercheurs québécois et français au sujet des facteurs de protection des conduites suicidaires. Ces résultats font également l’objet d’une présentation dans le cadre du Congrès annuel de l’International Association of Suicide Prevention, qui se tient présentement à Montréal jusqu’au 20 juin.

Supplément de la Revue canadienne de psychiatrie est disponible sur le Web

1 Clinique des troubles de l’humeur de l’Hôpital Rivière-des-Prairies, Programme des troubles dépressifs de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas, Clinique réseau jeunesse de l’Institut Philippe-Pinel.
2 Service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent de l’Hôpital Pitié-Salpêtrière, CHU de Rouen et CHU d’Amiens 

Cette étude a été réalisée grâce à une subvention des Instituts de recherche en santé du Canada (No 79775)

Les médias en parlent...

RDI Matin - Ici RDI
L'heure du monde - Ici Première

Pour information 

Stéphane Trépanier
Agent d'information
CIUSSS du Nord-de-l'Île-de-Montréal
Hôpital Rivière-des-Prairies
Tel.: 514 323-7260 poste 2082
stephane.trepanier.hrdp@ssss.gouv.qc.ca

Catherine Dion
Agente d'information - relations médias
CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal
Institut universitaire en santé mentale de Montréal
Tel.: 514 251-4000, poste 2986 | Cel.: 514 235-4036
cdion@iusmm.ca