Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Dominique Interactif : un outil pertinent pour la santé mentale des 6 à 11 ans

09 décembre 2013

Étude sur la nécessité d’interroger les enfants de 6 à 11 ans sur leur perception des problèmes de santé mentale.

Lise Bergeron, Nicole Smolla et leur équipe du Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal et de l’Hôpital Rivière-des-Prairies présentent les résultats d’une étude sur la fidélité et la validité du logiciel le Dominique Interactif et discutent de son utilité pour le dépistage précoce des problèmes de santé mentale chez les enfants d’âge scolaire.

Selon eux, la nécessité d’interroger les enfants de 6 à 11 ans sur leurs problèmes de santé mentale rejoint un large consensus dans la communauté scientifique. Le défi majeur dans ce domaine est de proposer des instruments adaptés au niveau développemental des jeunes de ce groupe d’âge.

« À notre connaissance, le Dominique Interactif (DI) est le seul instrument pictographique, informatisé et auto-administré par l’enfant qui permet d’identifier précocement les symptômes définissant sept troubles mentaux de l’Axe I du DSM-IV-TR et DSM-51. »

Lise Bergeron

Le DI se présente comme une bande dessinée où le personnage principal (fille ou garçon) est placé dans différentes situations de la vie quotidienne (à la maison, à l’école ou avec ses ami(e)s). Chaque question est illustrée par une image (ou une séquence d’images) afin d’améliorer la compréhension de concepts abstraits tels que la tristesse ou l’anxiété. Une voix transmise par un système vocal énonce la question.

L’enfant répond lui-même à chacune des questions par « Oui » ou « Non ». La combinaison de stimuli visuels et auditifs (images et questions verbales lues et entendues) ainsi que la possibilité pour l’enfant de répondre aux questions du DI, en 15 ou 20 minutes, rend cet instrument très innovateur et pertinent pour les cliniciens et les chercheurs.

L’échantillon de l’étude psychométrique inclut 585 enfants francophones et anglophones provenant d’écoles primaires (n=453) et de cliniques pédopsychiatriques (N=132) de la région de Montréal. Ces enfants ont complété le DI à deux reprises dans un intervalle de 7 à 12 jours. De plus, les parents d’un sous-échantillon de 292 enfants ont été interrogés sur les problèmes de santé mentale de leurs enfants.

Les résultats suggèrent que le DI possède une très bonne fidélité. Des caractéristiques tels que le niveau d’âge, le sexe de l’enfant ainsi que la langue utilisée par celui-ci pour répondre aux questions (français ou anglais) n’affectent ni la cohérence interne, ni la fidélité test-retest des échelles de symptômes évaluées par le DI.

Par ailleurs, le DI discrimine significativement les enfants de la population clinique de ceux de la population scolaire. Enfin, le niveau d’accord modéré entre la perception des enfants et celle de leurs parents suggère que l’enfant peut apporter une information unique et complémentaire à celle du parent, particulièrement au sujet de ses  problèmes dépressifs et anxieux.

« Les résultats de notre étude appuient l’utilité du DI pour le dépistage des problèmes de santé mentale des enfants d’âge scolaire, dans les services de première ligne, les cliniques de pédopsychiatrie et les milieux de recherche. »

Lise Bergeron

Cette étude, publiée à la Revue canadienne de psychiatrie, a bénéficié d’un soutien financier du Fonds de recherche du Québec – Santé.

 

1 Phobies spécifiques, anxiété de séparation, anxiété généralisée, épisode dépressif majeur, trouble oppositionnel, déficit d’attention-hyperactivité et trouble des conduites.

Source : Bergeron, L., Berthiaume, C., St-Georges, M., Piche, G., & Smolla, N. (2013). Reliability, Validity, and Clinical Use of the Dominic Interactive: A DSM-Based, Self-Report Screen for School-Aged Children. Can J Psychiatry, 58(8), 466-475. Pubmed