Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Gilles de la Tourette: la suractivité décrit mieux l’hyperactivité

04 décembre 2013

Une étude met en lumière la présence de l’impulsivité et de l’inhibition dans le syndrome Gilles de la Tourette (SGT). Elle montre aussi que la suractivité – composante comportementale – est observable chez les préadolescents atteints du SGT, tandis que le perfectionnisme – composante cognitive – se développe plutôt vers l’âge adulte.

Elle a été réalisée par l’équipe de Kieron O’Connor, chercheur au Centre de recherche de l’institut universitaire en santé mentale de Montréal et directeur du Centre d’études des troubles obsessionnels-compulsif et tics (CETOCT).

L’objectif était d’évaluer la présence de la suractivité chez des préadolescents et des adultes) ayant le SGT. 40 % des préadolescents sont diagnostiqués avec le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH). Les participants ont répondu à des questionnaires visant notamment à évaluer la présence de troubles : anxiété, dépression, trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité et impulsivité. La suractivité est mesurée à l’aide du questionnaire Style of Planning (STOP).

Monsieur O'Connor et ses collègues ont observé la présence d'un phénomène de « suractivité » aussi bien chez les préadolescents que chez les adultes. La suractivité semble plus spécifiquement liée aux troubles du spectre du SGT que l’hyperactivité.

« La personne suractive a tendance à avoir de la difficulté à se détendre, à parler et à prendre des décisions plus rapidement que la plupart des personnes. »

Kieron O’Connor

« Le TDAH et la suractivité paraissent semblables à première vue, mais le TDAH semble plutôt associé à l’impulsivité, tandis que la suractivité semble plutôt reliée au perfectionnisme. »

Anick Laverdure, psychologue et première auteure de l’étude

Les symptômes comportementaux de l’hyperactivité et de la suractivité sont similaires, mais la motivation à l’origine de ces deux troubles est différente. Le perfectionnisme peut ainsi être une cause de la suractivité, mais plutôt chez l’adulte. En effet, la personne perfectionniste est souvent insatisfaite ou frustrée et aurait tendance à vouloir en faire toujours plus.

Ces travaux ont été financés par les Instituts de recherche en santé du Canada et le Fonds de la recherche du Québec en Santé.

 

Source : Anick Laverdure, Kieron O'Connor, and Marc E. Lavoie, “Cognitive Aspects of Hyperactivity and Overactivity in Preadolescents with Tourette Syndrome,” Psychiatry Journal, vol. 2013, Article ID 198746, 7 pages, 2013. doi:10.1155/2013/198746