Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Tourette : une nouvelle thérapie qui fonctionne également chez les enfants et adolescents

17 août 2016

Des chercheurs de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) viennent de démontrer qu’une nouvelle thérapie diminue la sévérité des tics chez les enfants et adolescents atteints du syndrome de Gilles de la Tourette.

Le modèle de thérapie, appelé CoPs (en anglais The Cognitive and Psychophysiological), vise à mieux gérer les tensions musculaires impliquées dans le contrôle des tics en restructurant les pensées et le mode de planification des actions.

L’équipe du Centre d’études sur les troubles obsessionnels-compulsifs et les tics (CETOC) avait préalablement démontré que le CoPs permettait de diminuer de façon importante les symptômes associés aux tics moteurs chez les adultes.

L’étude-pilote menée par la chercheure Julie Leclerc, également professeure au Département de psychologie de l’UQAM, a consisté à évaluer l’efficacité du CoPs adapté chez 11 participants âgés de 8 à 16 ans atteints du syndrome de Gilles de la Tourette. Parmi eux, 5 ont effectué un suivi à 6 et à 12 mois.

Les résultats ont rapporté une diminution significative de la gravité des tics chez les 11 participants à la fin des sessions, selon l’échelle Tourette Symptom Global Scale, et ce, jusqu’à 12 mois après le début de la thérapie.

« Le traitement CoPs, qui a été préalablement évalué avec efficacité chez les adultes, a également montré son efficacité chez les enfants et adolescents. Il ne se focalise pas sur la modification des tics en eux-mêmes. Nous travaillons plutôt en amont, c’est-à-dire sur la modification de l’activation excessive de la tension musculaire et donc, sur les pensées et les comportements qui mènent aux tics », déclare Julie Leclerc.

Bien que l’échantillon soit faible, cette étude démontre l’efficacité du traitement psychophysiologique cognitif qui réduit la sévérité des tics chez tous les participants, qu’ils soient enfants, adolescents ou adultes.

En conclusion, ces résultats mettent en évidence la nécessité d’une nouvelle approche thérapeutique, ciblant non seulement le tic lui-même mais les processus cognitifs, physiologiques et comportementaux sous-jacents à la manifestation de tics, pour aider la réduction des symptômes chez les jeunes atteints du syndrome de la Tourette.

Cette étude a été financée par une subvention du Fonds de recherche en santé du Québec.

Une étude publiée cet été par les mêmes auteurs confirme l’efficacité de cette nouvelle approche, baptisée désormais Facotik, auprès d’enfants de 8 à 12 ans atteints du syndrome de la Tourette.
Consultez cette étude


Source : Julie B. Leclerc, Philippe Valois, Gabrielle J-Nolin, Mélyane Bombardier,
Stéphanie Ouellette & Kieron P. O’Connor. A Therapy for Tics in Children Managing Underlying Processes: a Pilot Study. Journal of Developmental and Physical Disabilities (2016) 28:581-593.

Renseignements
Catherine Dion
Agente d’information – relations médias | CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Bureau : 514 251-4000, poste 2986 | Cell. : 514 235-4036
catherine.dion.iusmm@ssss.gouv.qc.ca | ciusss-estmtl.gouv.qc.ca