Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Anxiété généralisée: la psychothérapie par visioconférence pourrait changer votre vie

07 juillet 2015

La psychothérapie par visioconférence pourrait diminuer de façon significative les symptômes des personnes atteintes de trouble d’anxiété généralisée (TAG). C’est la conclusion d’une étude de cas unique réalisée par l’équipe d’André Marchand, chercheur à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) et professeur titulaire au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

«La thérapie cognitive et comportementale (TCC) est une approche efficace, reconnue au niveau international, pour traiter le TAG. Le problème, c’est que l’accès à ce traitement n’est pas toujours facile», affirme André Marchand. Selon une enquête menée dans 117 hôpitaux canadiens, seulement 18 cliniques, localisées dans les grands centres urbains, proposent des services spécialisés dans le traitement du TAG.

Comment rendre ce traitement accessible au plus de gens possible sans égard à la localisation géographique? «Nous avons cherché à savoir si l’utilisation de la visioconférence pourrait être efficace dans le traitement du TAG et ainsi pallier ce manque d’accès aux soins», explique Stéphanie Watts, étudiante au doctorat en psychologie à l’UQAM. «Des études cliniques et empiriques avaient déjà démontré l’efficacité de la visioconférence dans le traitement des troubles paniques ou de l’agoraphobie, pourquoi pas pour le TAG?»

Méthode

Cinq individus souffrant d’un TAG ont pris part à un protocole de cas unique expérimental et à niveau de base multiple dans des cliniques situées à l’UQAM, à l’Université de Sherbrooke et à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). L’efficacité du traitement - comprenant 14 séances hebdomadaires d’une heure chacune via visioconférence - a été évaluée à l’aide d’une entrevue semi-structurée, de questionnaires à remplir par les participants et de la tenue quotidienne d’un carnet de bord.

Résultats

Les résultats rapportent à court terme une disparition totale du diagnostic d’anxiété généralisée chez tous les participants. Ils estiment fonctionner mieux de manière globale après ces séances de TCC, mais aussi trois mois après la fin du traitement.

«C’est à notre connaissance la première fois qu’une étude évalue la TCC assistée par visioconférence pour le TAG», affirme André Marchand. «Ces observations sont extrêmement encourageantes et confirment les résultats préliminaires que nous avons obtenus auprès de personnes atteintes d’autres formes d’anxiété. Nous aimerions étudier cette approche sur un plus large échantillon pour, entre autres, évaluer le ratio coûts-efficacité de l’intervention et ses limites avant de l’offrir «à la communauté» des personnes atteintes de TAG», conclut monsieur Marchand.

À propos des auteurs

Nathalie Théberge-Lapointe est psychologue et Stéphanie Watts est étudiante au doctorat au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM)

André Marchand est chercheur à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) et professeur titulaire au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM)

Frédéric Langlois est chercheur associé à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) et professeur agrégé au Département de psychologie de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)

Patrick Gosselin est professeur titulaire au Département de psychologie de l’Université de Sherbrooke

À propos de l’étude

Efficacy of a cognitive-behavioural therapy administered by videoconference for generalized anxiety disorder. European Review of Applied Psychology / Revue Européenne de Psychologie Appliquée, 65(1), 9-17. 2015

Cette étude a été soutenue financièrement par la Fondation canadienne pour l’Innovation (FCI 11138) et a été rendue possible grâce à une bourse des Instituts de recherche en santé du Canada octroyée à Stéphanie Watts.

Les médias en parlent...

Actualités UQAM 
TVA Nouvelles 
Le Devoir 
The Gazette 
95,8 FM - Puisqu'il faut se lever
95,8 FM - Dutrizac
Canoe.ca
Radio-Canada Abitibi - Le radio magazine (à 17h20)

 

Pour information 

Catherine Dion
Agente d’information - relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Institut universitaire en santé mentale de Montréal
Bureau : 514 251-4000, poste 2986 | Cell. : 514 235-4036
catherine.dion.iusmm@ssss.gouv.qc.ca

Sophie Laberge
Conseillère en relations de presse
Division des relations avec la presse et événements spéciaux
Service des communications, UQAM
Tél. : 514 987-3000, poste 5184 | laberge.sophie@uqam.ca