Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Foire aux questions

Santé mentale ou maladie mentale ?

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) définit la santé mentale comme «un état de bien-être dans lequel la personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et fructueux et contribuer à la vie de sa communauté.» La maladie mentale, elle, désigne les signes et les symptômes caractérisés par des altérations de la pensée, de l'humeur ou du comportement entrainant un état de détresse ou de souffrance et un dysfonctionnement important (Source: ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec).

Qu’est-ce que la désinstitutionalisation ?

C'est la volonté d'identifier, pour les usagers, quelle est la ressource la plus adéquate pour répondre à leurs besoins. Il a été démontré que le suivi à l'externe de patients hospitalisés depuis de longues périodes a des effets très positifs sur l'amélioration de leur bien-être. Il a aussi été démontré qu'en psychiatrie, plus l'hospitalisation se prolonge, plus les chances de rétablissement s'en trouvent diminuées. En ce sens, parallèlement à une baisse du nombre de lits dans les hôpitaux, des ressources externes ont été développées.

Comment affecte-t-elle les activités de l’établissement ?

Aujourd'hui, 80% de notre clientèle est suivie à l'externe.

Est-ce vrai qu'elle accentue le problème d'itinérance?

Aucune fermeture de lit n'est effectuée sans l'assurance au préalable qu'il existe des ressources dans la communauté pour pallier à cette fermeture. Nous avons mis en place un réseau de cliniques externes. Pour les personnes qui ne peuvent avoir accès à un logement autonome, 1500 places d'hébergement ont été créées par notre établissement. Par ailleurs, aucun congé de l'hôpital n'est accordé sans que l'on ait vérifié que l'usager possède une adresse (logement).

Qu’est-ce que l’approche biopsychosociale ?

Puisqu'il est clair aujourd'hui que les maladies mentales ont une cause biologique incontestable, qu'elles peuvent être abordées par l'étude de la personnalité comme du comportement, et qu'il faut envisager la personne en tant qu'être social en interaction constante avec son entourage, on privilégie une approche scientifique rigoureuse et globalisante, dite biopsychosociale. Dans un diagnostic, cette approche implique une compréhension globale de la vie du patient. Dans l'élaboration d'un traitement elle engage à l'amélioration de la qualité de vie du patient et non uniquement à l'atténuation des symptômes (Source: Pierre Lalonde et Frédéric Grunberg, 2001).