Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Dépression post-partum

Mettre au monde un enfant apporte beaucoup de changement dans la vie d’une mère sur le plan physique, émotionnel et hormonal. Trois types de dépression post-partum ont été identifiées :

  • Le « baby blues » ou le syndrome du troisième jour
  • La dépression post-partum modérée
  • La psychose post-partum

La plus légère forme de dépression post-partum est le syndrome du troisième jour qui se manifestera par des variations d’humeur, de l’irritabilité ou de la tristesse temporaire. Ces symptômes débutent quelques jours après l’accouchement et peuvent durer plusieurs jours, mais pas plus de deux semaines.

La dépression post-partum modérée, par contre, est un trouble beaucoup plus sérieux qui survient autour de la 3e semaine après l’accouchement et peut durer quelques mois. Les symptômes varient d’un jour à l’autre, il y a plus de mauvaises journées que de bonnes, l’humeur est irritable; il y a une perte d’appétit, un trouble de sommeil, une perte de libido, une tendance à pleurer, de l’anxiété, etc.

Tous ces symptômes peuvent s’accentuer en soirée, dus à la fatigue. La mère doute de ses aptitudes à s’occuper de son bébé et peut aussi avoir des symptômes physiques reliés à cet état comme : des maux de tête, douleurs thoraciques, l’hyperventilation, etc.

La psychose post-partum, ou la mélancolie est un état plus rare durant cette période. Elle peut comprendre des symptômes comme de la confusion, des délires, des hallucinations, une coupure de la réalité, et parfois des idées de porter atteinte à sa vie ou celle de ses enfants.

Cause de la dépression post-partum

La cause exacte de la dépression post-partum est inconnue, mais plusieurs raisons sont possibles comme les changements d’ordre physique, émotionnels et du style de vie.

Changement physique

Après l’accouchement, une baisse drastique et abrupte des hormones (estrogène et progestérone) peut contribuer à la dépression post-partum. Un changement du volume de sang dans votre organisme, de la pression artérielle, du système immunitaire et du métabolisme peut vous donner une sensation de fatigue et changer votre humeur.

Changement émotionnel

Le manque de sommeil ou le fait d’être débordée par les nouvelles tâches de mère peut vous rendre anxieuse ou réduire votre capacité à vous occuper de votre bébé. Des changements de votre image corporelle et le sentiment de perdre le contrôle de votre vie peuvent contribuer à un bouleversement émotionnel. Tous ces facteurs pourront contribuer à une dépression post-partum.

Changement du mode de vie

Les changements survenus dans votre vie après l’accouchement comme : les problèmes d’allaitement, l’épuisement physique, les problèmes financiers, un manque d’appui de la part de votre partenaire ou de vos proches, sont des facteurs qui peuvent contribuer au risque de développer une dépression post-partum.

Il est important d’aller chercher de l’aide. La dépression vous affecte, mais peut directement affecter le bien-être de vos enfants.