Taille du texte
AAA

Dépression

Condition complexe avec des dimensions qui impliquent le corps et l'esprit

Peut affecter la façon de penser, de se comporter et conduire à une variété de difficultés physiques et émotionnelles

La dépression majeure n’est pas simplement de ressentir de la tristesse ou de la «déprime». C’est un trouble mental avec des conséquences importantes qui touche entre 15 et 20 % des Canadiens au moins une fois au cours de leur vie.

La dépression n’est pas une nouvelle «invention». Le papyrus Ebers, un document médical provenant de l’ancienne Égypte (1550 avant J.-C.), décrit une condition de mélancolie profonde. Des descriptions qui ressemblent à la dépression se retrouvent dans l’Ancien Testament. Les écrits d’Hippocrates, au 4e siècle avant J.-C. identifient la condition de mélancolie découlant d’un déséquilibre des «humeurs» (sang, flegme, bile jaune, bile noire).

La mélancolie (bile noire) est décrite comme un état «d’aversion à la nourriture, découragement, insomnie, irritabilité et agitation». Richard Burton a publié, en 1621, un livre qui s’intitule : «L’anatomie de la mélancolie» qui traite spécifiquement la dépression. Il est crédité comme étant à l’origine du concept de la dépression comme une maladie mentale.

D’après l’Organisation mondiale de la santé, en 2020, la dépression sera la deuxième raison d’invalidité au monde pour les personnes âgées de 15 à 44 ans.

La dépression peut durer des mois, voire des années, mais il existe des traitements qui peuvent en raccourcir la durée et prévenir les rechutes. L’approche thérapeutique moderne de la dépression intègre des volets pharmacologiques, psychothérapeutiques et la modification du style de vie. 

 

 

Symptômes

La dépression peut prendre différentes formes et est constituée de symptômes faisant partie de plusieurs dimensions. En voici quelques exemples :

Changement d’humeur :

  • Tristesse
  • Perte d’intérêt, ou de plaisir pour les activités que vous aimez normalement

Symptômes physiques :

  • Changements d’appétit et de poids
  • Perturbations du sommeil
  • Fatigue ou diminution d’énergie
  • Malaises non-spécifiques tels les maux de tête, les nausées, la constipation ou des douleurs
  • Diminution de libido

Symptômes cognitifs :

  • Sentiments de culpabilité au d’auto-dévalorisation?
  • Difficulté à se concentrer, à prendre des décisions ou à réfléchir?
  • Préoccupation avec la mort ou le suicide

Les symptômes de la dépression peuvent varier d’une personne à l’autre dépendamment de l’âge, du sexe, de la personnalité, du contexte culturel, etc
Plus la dépression persiste, plus il est difficile de la traiter. Ainsi, si vous avez plusieurs symptômes indiquant la possibilité d’une dépression majeure, il est important de consulter votre médecin.

Symptômes de la dépression par groupe d’âge :

  • Chez les enfants et les adolescents

Pour les jeunes enfants, la dépression pourrait se manifester par de l’irritabilité, de la tristesse, du désespoir et de l’inquiétude. Chez les adolescents les symptômes peuvent inclure de l’anxiété, de la colère et l’évitement de l’interaction sociale.

Les symptômes, comme le changement dans le sommeil ou dans les pensées, ne sont pas très courants chez les jeunes enfants, mais plus répandus chez les adolescents et les adultes.

Dans la plupart des cas, la dépression chez les enfants et les adolescents est associée à des problèmes de comportement et à d’autres problèmes de santé mentale.

  • Chez les personnes âgées

Beaucoup d’adultes souffrent de dépression et hésitent à demander de l’aide quand ils se sentent au plus bas. Des symptômes comme la fatigue, la perte d’appétit, le trouble du sommeil et la diminution de libido vont passer inaperçus ou vont être attribués à l’âge ou à d’autres maladies. La plupart des personnes âgées qui souffrent de dépression croient que ces symptômes sont la conséquence de l’insatisfaction avec la vie en général, des changements liés au vieillissement. Les pensées suicidaires chez les personnes âgées peuvent indiquer des signes de dépression grave qui ne doivent pas être pris à la légère, surtout chez les hommes adultes qui sont plus à risque quant à leurs inclinations suicidaires.

 Revenir en haut 

Causes de la dépression

La dépression est une condition complexe, dont on ne sait pas les causes exactes. Certains facteurs ont été observés en lien avec l’émergence de la dépression:

  • Facteurs héréditaires : La dépression est de nature familiale. Des études concernant de vrais jumeaux élevés séparément ont démontré que si l’un était dépressif, le risque que l'autre le soit également était d’environ 67 %. Nous savons aussi que la génétique contribue au risque de développement de la dépression, car les études montrent que les enfants adoptés provenant de parents dépressifs sont plus susceptibles d'être déprimés.
  • Changements hormonaux : Les problèmes de thyroïde, la ménopause, la période de trois mois suivant la naissance d’un enfant et d’autres facteurs similaires peuvent déclencher la dépression.
  • Événements dans l’enfance : L’abus subit durant l’enfance ou le décès d’un parent sont des événements traumatiques qui peuvent déclencher des changements permanents dans le cerveau et prédisposer à la dépression.
  • Périodes de stress prolongées.
  • Autres affections médicales comme un accident vasculaire-cérébrale, une crise cardiaque; ou des maladies inflammatoires ou infectieuses.
  • Les traits de la personnalité comme le fait d’être pessimiste, avoir une mauvaise estime de soi ou une tendance à l’anxiété vont augmenter la vulnérabilité à la dépression.

  Revenir en haut  

Tests et diagnostics

Le diagnostic de la dépression majeure se fait par une évaluation clinique. Afin de s’assurer qu’il n’y a pas d’autres causes pouvant expliquer vos symptômes, le médecin peut demander plusieurs examens et tests.

Ceci comprend des :

  • Examen physique : mesure de poids, taille, signes vitaux, température, etc.
  • Test de laboratoires : des tests sanguins complets ou des tests pour thyroïde, etc.

Certains cliniciens peuvent utiliser des questionnaires pour suivre l’évolution de la dépression. Ces questionnaires ne peuvent pas être utilisés à des fins diagnostics. Voici quelques exemples de ces questionnaires : l’échelle de dépression de Hamilton (HAMD), le Montgomery-Asberg Rating Scale (MADRS), le Beck depression index (BDI), ou un journal de l’humeur.

  Revenir en haut  

Médications et traitements

Il existe de nombreux traitements pour la dépression : les médications (la pharmacothérapie) et les interventions psychologiques (psychothérapies).

Le médecin peut être une source précieuse d’information sur les options de traitement en fonction du profil personnel de la personne affectée par la dépression. Il est très important que les individus souffrant de dépression participent à leur traitement, et qu’ils communiquent leur état de santé à leur médecin. Il n’y a pas de traitement unique pour la dépression et une bonne collaboration sera bénéfique pour trouver le traitement qui sera le plus adapté à chaque personne.

Psychothérapie

La psychothérapie cognitive comportementale (TCC) et la psychothérapie interpersonnelle (IPT) sont efficaces dans le traitement de la dépression légère à modérée. Habituellement, le traitement le plus efficace pour la dépression est une combinaison de médicaments et de psychothérapie. Majoritairement, il est nécessaire de débuter avec le traitement avant d’ajouter l’autre pour obtenir une meilleure efficacité.

La psychothérapie cognitive comportementale a comme but de changer les pensées, et comportements qui pourraient vous prédisposer à devenir ou rester déprimé. Une autre forme de thérapie, de courte durée, est la thérapie interpersonnelle (TIP) qui sera axée sur la modification des relations qui causent la dépression.

La thérapie cognitive basée sur la pleine conscience est une forme de thérapie intégrant des principes de méditation pleine conscience. Elle a été démontrée efficace dans la réduction de rechutes chez les personnes ayant vécu plusieurs dépressions.

L’électroconvulsiothérapie (ECT)

C’est une excellente option de traitement pour certaines personnes. Cette technique a bénéficié de grand progrès tout récemment. Comme tout traitement, vous devez discuter avec votre médecin pour déterminer si l’ECT est appropriée à votre situation particulière.

Traitement naturel

Le millepertuis (Hypericum perforatum), produit naturel qui ne requiert pas d’ordonnance est vendu comme complément nutritif et peut être efficace chez certains individus qui présentent une dépression de légère à modérée. Par ailleurs, certains autres produits ont été utilisés pour traiter la dépression avec des résultats variables. Ces produits peuvent avoir des effets secondaires ou avoir des interactions négatives avec d’autres médicaments ou produits. Si vous décidez d’utiliser ces remèdes, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien avant de commencer.

  Revenir en haut  

Mode de vie et remèdes / S’aider soi-même

Vous pouvez faire certaines choses pour vous-même qui vont vous aider à améliorer votre état :

  • Suivez votre traitement médicamenteux et la psychothérapie, même si vous vous sentez bien. Si vous arrêtez, les symptômes peuvent revenir.
  • Informez- vous sur la dépression pour vous aider à rester motivé et à respecter votre plan de traitement.
  • Prenez garde aux signes précurseurs et apprenez ce qui peut déclencher les symptômes de dépression chez vous.
  • Contactez votre médecin ou thérapeute si vous avez remarqué des changements au niveau de votre état général ou de vos symptômes.
  • Faites des exercices : la marche, le jogging, la natation, etc. Il est reconnu que l’activité physique peut réduire les symptômes de dépression.
  • Évitez l’alcool et les drogues (incluant la caféine), car ils peuvent aggraver les symptômes et rendent la dépression plus difficile à traiter.
  • Dormez suffisamment. Un sommeil de bonne qualité est particulièrement important lorsque vous êtes déprimé. Si vous avez des troubles de sommeil, parlez-en à votre médecin.
  • Réduisez la caféine en diminuant la consommation de café, de thé, de cola et de chocolat.
  • Élargissez votre réseau de soutien social.
  • Participez à des activités qui sont de nature agréable, même si vous n’en avez pas envie pour le moment.

  Revenir en haut