Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
Taille du texte
AAA

Trouble bipolaire

Ce trouble se caractérise par deux phases :

  • Maniaque (euphorique)
  • Dépressive

Ces variations d’humeur sont cycliques et peuvent se répéter à un rythme variant de quelques jours à plusieurs mois. Elles ne sont pas nécessairement associées à des événements en particulier. La plupart des gens atteints de cette maladie vivent des changements extrêmes qui peuvent nuire considérablement à leur vie quotidienne.

L’histoire documentée de trouble bipolaire remonte aussi loin qu’à l’époque de la Grèce antique, il y a plus de 2 000 ans. Les deux extrêmes de l’humeur : la mélancolie (dépression) et la manie ont été clairement identifiées. Arétée de Cappadoce, célèbre médecin grec, a été le premier a proposer que ces deux extrêmes fassent parties de la même maladie.

En 1854, le psychiatre français Jean-Pierre Falret a décrit le trouble bipolaire comme une «folie circulaire», mettant en évidence la nature cyclique comprenant les phases de manie et de dépression. Autour de la même époque, un neurologue français, Jules Baillarger, décrit ces changements comme étant simplement différentes phases de la même maladie traduite comme «folie à double forme».

En 1899, le psychiatre Emil Kraepelin a utilisé le terme maniaco-dépressif pour décrire ces phases. Un peu plus tard, en 1953, un autre Allemand Karl Von Kleist fut le premier à utiliser les termes «bipolaire» et «unipolaire».

D’après l’Association canadienne pour la santé mentale, 1 % de la population souffre de trouble bipolaire.

Symptômes

Il existe divers «types» de trouble bipolaire, que l’on définit en fonction des symptômes.

Trouble bipolaire I : caractérisé par des phases de dépression et de «manie»; c'est-à-dire une augmentation d’activités, une réduction du besoin de sommeil, et d’autres symptômes qui peuvent créer des difficultés au travail, à l’école ou avec vos relations interpersonnelles.

Trouble bipolaire II : caractérisé par des phases de dépression et des symptômes de type maniaque mais moins intenses que dans le type I (hypomanie).

Pour les types I et II, la dépression est plus fréquente que la manie ou l’hypomanie. C’est encore plus le cas en ce qui concerne le deuxième.

Trouble cyclothymique : caractérisé par des hypomanies et des symptômes dépressifs sans phase maniaque ou dépressive claire.

Symptômes dans la phase de manie : sentiments d’exaltation (euphorie), moins besoin de sommeil, variation de l’appétit, énergie débordante, des comportements à risque avec des dépenses effrénées ou peu judicieuses sur le plan financier, augmentation de la libido, irritabilité, pensées et actions rapides (parole accélérée, activité constante), etc.

Symptômes dans la phase dépressive : sentiments dépressifs ou perte d’intérêt en ce qui concerne les activités; les pensées morbides ou suicidaires, les sentiments de culpabilité, la baisse de concentration, le ralentissement ou l’agitation, la perte d’énergie et de plaisir, le trouble d’appétit avec perte ou gain de poids, le retrait social, les problèmes de sommeil, les douleurs chroniques sans cause connue, etc...

Les signes et les symptômes de trouble bipolaire peuvent également inclure :

  • Les troubles affectifs saisonniers (TAS);
  • La psychose (perte de contact avec la réalité);
  • Des changements de cycle rapides pour un malade atteint de trouble bipolaire

  Revenir en haut  

Causes

Plusieurs facteurs semblent être impliqués dans cette maladie :

Facteurs héréditaires

Les troubles bipolaires sont plus fréquents chez les gens qui ont déjà un membre de leur famille chez lequel la pathologie a été diagnostiquée de. Des études ont été menées en ce sens pour trouver les gènes impliqués dans l’apparition de cette maladie. Certains chercheurs ont détecté une anomalie au niveau du chromosome 11, X, et de certains autres. Toutefois, ces études n’ont pas été confirmées et il est probable que le trouble bipolaire soit le résultat de l’expression de plusieurs gènes.

Les hormones

Des changements hormonaux ont parfois été associés avec le déclenchement d’un état dépressif ou maniaque chez des individus ayant un trouble bipolaire. Une altération de la fonction immunitaire a été observée chez les personnes souffrant de trouble bipolaire.

Neurotransmetteurs

Plusieurs neurotransmetteurs ont été impliqués dans le trouble bipolaire avant de pouvoir établir des modifications fiables.

Facteurs environnementaux

Plusieurs événements traumatisants comme l’abus, une perte importante et le stress peuvent affecter l’évolution des troubles bipolaires, provoquant des épisodes ou déclenchant de façon plus précoce de la maladie.

  Revenir en haut  

Tests et diagnostics

Voir la section dépression

Médications et traitements

Les troubles maniaco-dépressifs sont traités principalement à l’aide de médicaments. La psychothérapie (individuelle, en groupe ou pour les membres de la famille) est utilisée comme traitement d’appoint. En utilisant les médicaments, il est possible de stabiliser les humeurs. Grâce à la psychothérapie, il est plus facile de détecter les éléments déclencheurs et de développer des stratégies afin de gérer le stress.

  Revenir en haut  

Mode de vie et remèdes / S’aider soi-même

  • Continuer à prendre vos médicaments prescrits et suivre les séances de thérapie même si votre état de santé s’est amélioré.
  • Arrêter de consommer de l’alcool ou de la drogue.
  • Faire régulièrement de l’exercice pour pouvoir stabiliser les variations de l’humeur
  • Dormir suffisamment.
  • Être ouvert à la discussion avec vos médecins et leur indiquer tous les changements apparus dans votre état de santé.

  Revenir en haut