Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
À propos du CIUSSS
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec
  1. MSSS (2008) Abrégé - Plan d’action en santé mentale 2005-2010 : La force des liens, Québec, p. 16
  2. Consulter la page Mission, responsabilités et besoins
Taille du texte
AAA

Mission et responsabilités de l'établissement

L’offre de soins et de services de tous les établissements de santé est régie par la Loi sur la santé et les services sociaux. Celle-ci vient, entre autres, déterminer la mission de l’organisation et ainsi préciser son niveau de spécialisation, le type de clientèle qu’elle doit desservir et les problématiques (type, sévérité, complexité, etc.) auxquelles ses professionnels doivent répondre.

C’est sur la base de ces critères que l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal est désigné comme un établissement de santé de 2e et de 3e ligne. Cette obligation légale confirme que l’offre de soins et de services de l’organisation devrait être réservée à «  l’évaluation et au diagnostic; au traitement des personnes ayant des symptômes plus graves; aux soins destinés aux personnes présentant le plus de risques de rupture avec la société (violence, criminalité); au traitement et à la réadaptation de longue durée d’un petit nombre de personnes résistant aux traitements habituels, mais qui ont un potentiel de réadaptation et à la formulation de recommandations pour le traitement dans les services de 1re ligne. »   Ces traitements dits spécialisés, de 2e ligne, doivent être accessibles dans les situations complexes alors que les « personnes traitées par les cliniciens de 3e ligne devraient être réorientées vers le psychiatre de 2e ligne dès que leur état le permet. »1

Cette obligation légale sur l’offre de soins et de services de l’Institut vient donc prescrire les orientations de l’organisation en ce qui à trait à sa vision de l’hospitalisation de la clientèle comme une mesure temporaire devant répondre à un besoin clinique précis, laquelle hospitalisation est intimement liée à la notion d’épisode de soins : donc d’un début et d’une fin à l’offre de services. Dans une logique de continuum de soins, cette fin de services, implique un transfert de responsabilités cliniques vers les services de proximité (services de 1re ligne; CLSC, organismes communautaires, omnipraticiens, clinique médicale, etc.).

Ainsi, une équipe traitante doit mettre un terme à l’offre de services de 2e ligne. Cette décision est prise lorsque, dans le cadre de notre mission et de notre offre de services, l’équipe traitante considère les objectifs de traitement spécialisé et de réadaptation atteints. Lorsque la condition médicale de la personne ne nécessite plus de soins actifs de 2e ligne, la personne doit donc être référée, en collaboration avec l’équipe traitante et ses proches, vers des services de 1re ligne, correspondant à son niveau de besoins et à son territoire.

Ces directives légales viennent évidemment avec un lot de responsabilités partagées, lesquelles balisent ce processus de transfert afin de garantir la continuité, la qualité et l’accessibilité des soins et services pour l’utilisateur de services touché.

Denise Fortin,
Directrice générale

Dr J. André Luyet 
Directeur des affaires médicales et cliniques